Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Municipales Orléans’ Category

à lire sur le Blog PS de La Source

Monsieur le Maire,

Dans votre programme électoral de mars 2008 sous la rubrique « Orléans plus solidaire » vous affirmiez : « Les régies de quartier continueront de bénéficier de notre soutien ainsi que de celui de l’OPAC d’Orléans ».

La régie de quartier de La Source REPERES a maintenant besoin du soutien de la mairie d’Orléans.

Ses difficultés financières, aggravées par le contexte particulier du Grand Projet de Ville la mettent dans une situation désespérée si vous n’agissez pas rapidement pour lui permettre de vivre.

Vous ne pouvez pas ignorer le rôle essentiel que joue depuis des années cette régie au sein du quartier de La Source.

Vous n’ignorez pas non plus que l’essentiel des contrats qui contribuent à son activité est conclu avec les organismes HLM (OPAC d’Orléans et SA Pierres et Lumières) et les collectivités locales au premier rang desquelles la municipalité d’Orléans.

Or, les aménagements réalisés dans le cadre du G.P.V (destruction d’immeubles, reconstructions en cours, résidentialisation) ont privé depuis plusieurs années la régie REPERES d’une partie de ses activités d’entretien, sans une compensation suffisante en terme de maintien voire d’évolution et d’élargissement vers d’autres secteurs d’activités en appliquant la charte nationale et les clauses d’insertion comme le prévoit la loi SRU.

« Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage ! »

D’autres arguments semblent vouloir définitivement condamner la régie de quartier REPERES. Ils ont été avancés, dans la presse locale ou à la tribune du Conseil municipal par plusieurs de vos colistiers. Ils suggèrent une mauvaise gestion de la régie, une piètre qualité de ses prestations ou les difficultés de gestion des relations sociales.

Il est notable de constater que cette mise en cause de la qualité des prestations de la régie est d’apparition récente. Qu’il est tout aussi remarquable qu’elle a toujours été plutôt appréciée de ses commanditaires, dans la limite bien évidemment des moyens dont elle dispose. Les fréquentes visites y compris de délégations étrangères pour apprécier l’expérience de la régie de quartier REPERES sont pourtant autant d’exemples de l’intérêt qu’il convient de porter à son action.

Quant aux  difficultés supposées de la gestion de ses personnels, la gestion de la régie de quartier est saine à tous les niveaux et est reconnue par le Commissaire aux Comptes et par toutes les Assemblées Générales de l’Association. A défaut de situations précises, ce genre d’accusations est très grave de la part d’un des partenaires principaux de la régie de quartier dont deux élus siègent au Conseil d’Administration depuis sa création jusqu’à aujourd’hui.

C’est l’absence d’un volume d’activité suffisant qui a obligé les dirigeants de la Régie de Quartier à entreprendre sa  restructuration et mettre en place un nouveau plan   pour 2008/2009.

Elle a  déjà du se séparer de 20  salariés depuis 2005 et est obligée aujourd’hui de réduire à nouveau son effectif  de 5 postes qui touchent la structure permanente.

Aujourd’hui, c’est l’existence même de la régie REPERES qui est en cause.

Ses 63 salariés sont menacés.

Dans le contexte économique ambiant et particulièrement celui de La Source, il s’agirait d’une véritable catastrophe qui fragiliserait encore un quartier dont vous ne pouvez méconnaître la montée des tensions qui l’animent à nouveau.

La remise à l’équilibre de la régie nécessite un effort financier de ses principaux partenaires estimé à 75.000 €. La ville d’Orléans est sollicitée pour 30.000 €. Son accord est la clé de voûte de la participation des autres contributeurs (Etat, Région, Département) pour 45.000€. Ces sommes seront comme vous le savez de surcroît immédiatement réinjectées dans l’économie locale.

Nous ne voulons pas croire qu’il puisse y avoir une volonté délibérée de votre municipalité de détruire la régie de quartier REPERES, afin de lui substituer une hypothétique structure créée de toutes pièces et qui, de surcroît, coûterait bien plus cher. A moins qu’il ne s’agisse, si l’on en croit la politique menée à l’encontre de plusieurs associations du quartier, d’une action toute à fait volontaire pour se débarrasser de militants associatifs qui ne partagent pas toutes vos convictions politiques !

Cette action de désagrégation du tissu associatif local, si vous ne la démentez pas par vos actes, serait évidemment en totale contradiction avec le Loi d’orientation 2009 que vous avez vous-même voté au Parlement, visant à renforcer le tissu associatif local. Mais peut-être que la « vérité » du discours parisien, n’a pas sa place dans notre quartier excentré.

« Les régies de quartier continueront de bénéficier de notre soutien ».

Monsieur le Maire, nous vous demandons instamment de tenir votre promesse électorale.

Orléans , le 08 décembre 2008

Pour la section du Parti Socialiste d’Orléans La Source

Maxime YEHOUESSI, secrétaire de section.

Read Full Post »

Le Président de l’Assemblée Nationale (Accoyer) a marqué sa volonté d’appliquer le règlement intérieur. Il s’agit tout particulièrement de l’article 162 qui prévoit une sanction financière en cas d’absentéisme.

Il prévoit une retenue d’un tiers de l’indemnité de fonction pour les députés qui ont pris part à moins des deux tiers des scrutins publics pendant une session. L’article ajoute que «si le même député a pris part à moins de la moitié des scrutins publics, cette retenue est doublée».

L’assiduité de notre député-maire n’étant pas un de ses atouts.

Rappel (source Wikipédia)

Il a été classé par le journal L’Express du 28/9/2006 comme l’un des députés les moins actifs de l’Assemblée Nationale de 2004 à mai 2006 avec seulement un rapport qui plus est sur le projet de loi relatif à la protection de l’environnement en Antarctique.

Le pouvoir d’achat du député-maire d’Orléans risque donc d’être très largement réduit.

Read Full Post »

Communiqué de Presse:

Le projet d’une grande salle multisports mérite d’être soigneusement étudié. Il faut en définir les fonctions, la capacité et la localisation. Mais cela ne doit pas se réduire aux caprices de Serge GROUARD annonçant un premier projet au Nord sur Saran puis ensuite un autre au Sud à Olivet. Cela ne témoigne absolument pas d’une vision cohérente et avancée du projet. Cela ne s’inscrit pas non plus dans une démarche réelle de développement durable.

En effet, ce projet ne peut se réaliser sans une prise en compte global dans le choix du site, de l’accessibilité et du respect des milieux naturels. Les choix partisans ne peuvent définir un critère de développement urbain de notre agglomération !

Il ne peut s’agir que d’un projet d’agglomération s’inscrivant dans une vision globale des déplacements. Le choix du tout-voiture pour accéder à ce futur équipement sportif est une erreur écologique grave. Le choix du site doit prévoir l’accessibilité en transport en commun (réseau ferré, Tram…) mais aussi par les grands axes routiers (RN 20, A10). La réflexion ne doit pas non plus écarter la possibilité d’une implantation à proximité du stade de la Vallée.

L’opposition municipale d’Orléans souhaite que l’implantation de cet équipement s’inscrive dans le projet de déplacement urbain de l’agglomération et se fasse en cohérence en dehors de toutes considérations partisanes et surtout dans l’intérêt des habitants de l’agglomération.

Elle demande que les élus d’Orléans et, bien sûr, ceux de toute l’agglomération soient saisis de l’ensemble des éléments du dossier et de toutes les hypothèses avant qu’un choix soit fat. Elle demande aussi que les différents partenaires concernés (le mouvement sportif mais aussi l’Etat, la Région, le Département) soient étroitement associés à la définition de ce projet car c’est une évidente condition de son succès.

Read Full Post »

Porter les attentes des Orléanais

Nous tenons ici à remercier les 18 257 électeurs (soit 48,63% des votants) qui nous ont faits confiance en nous apportant leur suffrage. Ils ont élu 13 conseillers municipaux. Nous siégeons dans la minorité, mais nous représentons presque la moitié des Orléanais. Nous entendons aborder ce mandat dans un esprit constructif, avec respect et en demandant à être respectés. Respectés parce que nous sommes légitimes par votre vote et vous représentons, mais aussi par le travail que nous accomplissons au sein des commissions, du conseil municipal et de nos différentes représentations. Nous aurons une vigilance démocratique particulière pour les six ans à venir.

Notre attachement à la ville d’Orléans est profond. Les Orléanais pourront compter sur une opposition constructive et déterminée. Nous voulions et nous voulons qu’Orléans soit une ville gagnante pour tous. De profondes disparités entre les quartiers, des clivages alarmants et de plus en plus marqués, des quartiers populaires, des habitants vulnérables demandent toute notre attention. Des engagements ont été pris dans cette campagne et nous serons tous particulièrement attentifs à ce qu’ils soient tenus. Nous veillerons à ce que la deuxième ligne de tram en site propre devienne le plus rapidement possible une réalité. Nous apporterons notre expertise sur le projet d’écoquartier des Groues. Nous défendrons la vie associative, élément indispensable de la démocratie et de la

culture populaire. Nous veillerons à une utilisation rigoureuse de l’argent public. À ce propos, l’augmentation des indemnités de la majorité dans le contexte difficile que nous connaissons, nous a paru choquante. Nous serons présents dans tous les quartiers. Il nous faut amplifier la démocratie participative, nous y serons très attentifs. Nous attacherons une grande importance à ce que les conseils de quartier soient vraiment représentatifs de toute la population, avec une participation plus importante des citoyens. À l’heure où les responsables politiques de cette ville partagent les idées du président Sarkozy et votent ses réformes tout en observant le plus grand silence sur les changements en cours, face aux inquiétudes des Orléanais sur leur pouvoir d’achat, sur l’avenir de leurs enfants, de leur environnement, nous ne pouvons qu’être à vos côtés, mobilisant notre énergie pour vous défendre et porter les attentes des Orléanais. Nous travaillerons pour Orléans, pour tous les Orléanais.

Nous restons à votre écoute comme nous l’avons été lors de la campagne, et vous pouvez nous solliciter à cette adresse : mbardot@ville-orleans.fr ou par téléphone : 02 38 79 27 32 (le matin). Notre collaboratrice est à votre disposition pour permettre des rencontres avec les conseillers municipaux d’opposition et échanger sur l’actualité municipale.

Read Full Post »

Exceptionnellement le CM aura lieu un jeudi dès 18h. (Rappel: les CM sont ouverts au publics)

Vous pouvez déjà consulter le compte rendu du conseil municipal du 30 mai.

En 2008 les prochains conseils municipaux d’Orléans auront lieu les:

jeudi 19 juin
jeudi 10 juillet
vendredi 26 septembre
vendredi 24 octobre
vendredi 28 novembre
vendredi 19 décembre

Read Full Post »

Mon intervention lors du conseil municipal du vendredi 30 mai

 » Je n’évoquerai pas la condescendance des propos tenus par le maire dans le journal de ce jour vis-à-vis des Rmistes, ni ses écarts de langage et son énervement vis-à-vis des élus de l’opposition.

Je ne relèverai pas non plus les propos d’un CM délégué, qui sur Internet, a réduit le travail de l’opposition à sa présence en Conseil, une fois par mois. Il considère même que notre indemnité de 131 euros (brut) est déjà trop importante.

Il s’agit de propos intolérables et irrespectueux pour l’engagement des élus dans la vie municipale.

Je souhaite aborder d’une part le montant global de l’enveloppe des indemnités. On peut en effet constater une augmentation de 20% de celle-ci par rapport aux chiffres de la mandature précédentes. (47 668.57 à 57 484.06)

Cette augmentation représente pour le mandat plus de 700 000 euros.

D’autre part, il faut rappeler que l’ensemble des conseillers municipaux de la majorité sont délégués (445,58 € ) ou adjoints, c’est un cas très rare en France.

Le nombre d’adjoint a augmenté passant de 17à 21 (1963,04 €) et l’on constate la création d’une nouvelle indemnité attribuée aux 5 CM délégués directement auprès du maire. ( 1 111,53 € )

Concernant la situation du maire, il est maintenant dans une situation qui semble difficile.

Il va travailler autant et gagner moins. En effet, il est député (5 177€ ) , maire et récemment membre du bureau du conseil d’agglo et pourtant ses indemnités baissent. (2 700 € Maximum qu’un élu local peut toucher en étant également parlementaire: Serge Grouard a touché en 2007, 2132 € en 2008, 1718 € )

A l’inverse, le premier adjoint qui n’est plus VP de l’agglo, voit son indemnité municipale fortement augmentée pour atteindre 82% du montant maximum autorisé.

Du coup, on s’y perd un peu. Dans un cas c’est travailler autant et gagner moins, de l’autre c’est travailler moins et gagner plus !

Comme le maire va-t-il faire pour ne pas perdre son pouvoir d’achat ( 5 177 + 1718= 6 862 € ) les orléanais sont inquiets ! (une possibilité à l’agglo ????)

Comment la majorité va-t-elle faire pour mette en application une de ses promesses de campagne « le train de vie de la mairie sera maintenu au plus juste » (p°33 du document) alors que les indemnités de la majorité sont augmentées sensiblement ?

Les incohérences de formes seront évoquées par ma collègue de l’opposition « 

Read Full Post »

Mon intervention sur la vidéosurveillance lors du conseil municipal du 30 mai 2008

« J’interviens pour expliquer le choix de l’opposition municipale de voter contre cette délibération et ainsi qu’à la suivante.

La délibération justifie, de manière erronée, la présence de caméra « afin d’améliorer la qualité de vie à l’Argonne » pour la n°45 et « d’éviter tout acte de malveillance » dans la n°46.

Il est bon de rappeler, sans tomber dans la polémique, que l’effet le plus mesurable des caméras de surveillance n’est pas de décourager le crime ou le délit, mais de mieux le détecter et de poursuivre les auteurs. Certaines affaires de crimes et délits ont été résolues dans certaines villes, grâce aux enregistrements fournis par les caméras de surveillance.

Mais qu’en est-il à Orléans : nous ne doutons que notre collègue chargé de la sécurité ne manquera pas de nous citer les affaires résolues grâce à ces caméras. En effet, l’investissement est financièrement lourd, et les citoyens doivent savoir précisément, de manière factuelle, à quoi sert la vidéo-surveillance, et pas seulement par des chiffres dont on sait qu’ils sont plus souvent sujets à critique qu’à approbation.

D’autre part, la question de savoir si la vidéosurveillance prémunit ou réduit les crimes n’a pas été démontrée par les études indépendantes qui furent pourtant conduites dans de très nombreuses villes.

Dans le même sens, l’opposition souhaite participer aux réunions de la commission de contrôle de la vidéo surveillance. Son fonctionnement et son ouverture pourraient faire l’objet d’une réflexion en CM.

Enfin, il pourrait être utile qu’un point soit fait sur les différents réseaux de vidéo-surveillance dont le CSO a, par diverses conventions, la maîtrise.

C’est donc à une nécessaire transparence à laquelle les membres de l’opposition appellent et aspirent sur ce sujet dont l’enjeu est à la fois la sécurité de nos concitoyens mais aussi la préservation des libertés individuelles et collectives. »

Read Full Post »

Older Posts »