Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Vie d’Orléans’ Category

La question peut se poser quand on assiste à une « Assemblée Générale de quartier ».

Membre au titre de l’opposition municipale du « Comité de Mobilisation et d’Animation » (Tout un programme !!) du secteur Argonne-Nécotin-Belneuf, j’ai participé à cette réunion lundi soir dernier.

La réunion se déroule dans un décor travaillé avec de nombreuses plantes vertes, une scène surélevée sur laquelle on trouve de jolis fauteuils rouges confortables pour les orateurs, accompagné d’un grand écran pour la projection d’images et de vidéos.

La réunion commence par une longue introduction des élus du quartier puis du maire UMP. Vient ensuite la projection d’un petit film-propagande présentant le maire sur le quartier Madeleine (on est à l’Argonne pourtant ???) puis le travail du CMA du quartier ainsi que les réalisations en cours et à venir.

Après cette projection, le maire (encore lui) intervient longuement pour redire ce qui a été déjà présenté dans le film.

45 minutes après le début de cette réunion, les citoyens ont enfin la parole.

Je vous fais grâce du compte rendu détaillé de cette réunion, et des propositions ou questions sans réponses qui ont pu être faites.

Ce qui m’a exaspéré tout particulièrement (en dehors de ces absences de réponses) c’est la monopolisation de la parole par les élus de la majorité municipale. Sur les dossiers du quartier, seul 4 citoyens ont pu s’exprimer alors que nous avons eu droit à plus de 10 interventions d’élus UMP, chacun pour « aller dans le sens » des précédents orateurs.

La réunion s’est poursuivie par une présentation de la réorganisation de la collecte des déchets. Où l’on voit enfin Orléans découvrir le tri sélectif !!!

Après cette présentation, quelques riverains ont souhaité revenir sur les aménagements du quartier, 4 nouvelles interventions avec le plus souvent comme réponse, une phrase très utilisée  « nous en prenons bonne note »

La réunion s’est terminée par de la publicité pour la participation au CMA et donc une invitation à glisser sa candidature dans l’urne afin qu’elle soit tirée au sort dans quelques semaines.

Cette réunion laisse un goût amer…

Sommes-nous vraiment dans un exercice de démocratie locale, de « participation citoyenne » ou seulement dans un outil de propagande municipale bien orchestrée ?

Read Full Post »

Ci-dessous mes réponses aux questions du Blog « Un grand club de foot à Orléans »

Dans son dernier classement des villes les plus sportives de France, le journal l’Equipe a placé Orléans à une très modeste 32ème place. La réussite de l’Entente au basket ne masque-t-elle pas la faiblesse des sports collectifs orléanais ?

Baptiste Chapuis : Il ne faut pas opposer les sports entre eux. Rien n’empêche le développement d’un club de Foot et d’un club de Basket dans une ville comme Orléans. Le classement du journal l’Equipe est un révélateur du manque d’ambition d’Orléans vis-à-vis des autres sports (collectifs ou non).

Que vous inspire la première place actuelle de l’US Orléans en Championnat de France Amateur et ses fortes chances de monter en National ?

B.C. : De la fierté. Ce club a un gros potentiel. La motivation de ses bénévoles, de ses joueurs, de son staff sont les atouts de ce groupe. Un des atouts est également le gros travail effectué en direction des équipes de jeunes, un travail récemment reconnu. L’équipe doit néanmoins conforter ces bons résultats et tenir toute la saison sur ce rythme.

Avec un stade ne comportant désormais plus qu’une tribune de 1800 places assises, et des jeunes contraints de jouer hors de l’AgglO, ne pensez-vous pas que le club risque d’être confronté à de sérieux problèmes d’infrastructures en cas de progression de l’équipe première ?

B.C. : Je regrette que la majorité municipale ne permette pas le développement de ce club. Les résultats sportifs sont au rendez-vous, la municipalité doit remplir son rôle.

On a assisté ces derniers mois à l’arrivée de gros investisseurs à la tête du club, pensez-vous qu’il y ait la place pour un club de football de très haut niveau à Orléans ?

B.C. : Je pense que le Foot à Orléans a eu une histoire, et qu’il faut maintenant écrire son avenir ! Les financeurs privés, la direction du club, les joueurs et la municipalité doivent construire ensemble un projet cohérent et ambitieux. La mobilisation de tous ces acteurs est indispensable.


Je vous invite à Signer la pétition et à rejoindre le groupe Facebook

images

Read Full Post »

à lire sur le Blog PS de La Source

Monsieur le Maire,

Dans votre programme électoral de mars 2008 sous la rubrique « Orléans plus solidaire » vous affirmiez : « Les régies de quartier continueront de bénéficier de notre soutien ainsi que de celui de l’OPAC d’Orléans ».

La régie de quartier de La Source REPERES a maintenant besoin du soutien de la mairie d’Orléans.

Ses difficultés financières, aggravées par le contexte particulier du Grand Projet de Ville la mettent dans une situation désespérée si vous n’agissez pas rapidement pour lui permettre de vivre.

Vous ne pouvez pas ignorer le rôle essentiel que joue depuis des années cette régie au sein du quartier de La Source.

Vous n’ignorez pas non plus que l’essentiel des contrats qui contribuent à son activité est conclu avec les organismes HLM (OPAC d’Orléans et SA Pierres et Lumières) et les collectivités locales au premier rang desquelles la municipalité d’Orléans.

Or, les aménagements réalisés dans le cadre du G.P.V (destruction d’immeubles, reconstructions en cours, résidentialisation) ont privé depuis plusieurs années la régie REPERES d’une partie de ses activités d’entretien, sans une compensation suffisante en terme de maintien voire d’évolution et d’élargissement vers d’autres secteurs d’activités en appliquant la charte nationale et les clauses d’insertion comme le prévoit la loi SRU.

« Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage ! »

D’autres arguments semblent vouloir définitivement condamner la régie de quartier REPERES. Ils ont été avancés, dans la presse locale ou à la tribune du Conseil municipal par plusieurs de vos colistiers. Ils suggèrent une mauvaise gestion de la régie, une piètre qualité de ses prestations ou les difficultés de gestion des relations sociales.

Il est notable de constater que cette mise en cause de la qualité des prestations de la régie est d’apparition récente. Qu’il est tout aussi remarquable qu’elle a toujours été plutôt appréciée de ses commanditaires, dans la limite bien évidemment des moyens dont elle dispose. Les fréquentes visites y compris de délégations étrangères pour apprécier l’expérience de la régie de quartier REPERES sont pourtant autant d’exemples de l’intérêt qu’il convient de porter à son action.

Quant aux  difficultés supposées de la gestion de ses personnels, la gestion de la régie de quartier est saine à tous les niveaux et est reconnue par le Commissaire aux Comptes et par toutes les Assemblées Générales de l’Association. A défaut de situations précises, ce genre d’accusations est très grave de la part d’un des partenaires principaux de la régie de quartier dont deux élus siègent au Conseil d’Administration depuis sa création jusqu’à aujourd’hui.

C’est l’absence d’un volume d’activité suffisant qui a obligé les dirigeants de la Régie de Quartier à entreprendre sa  restructuration et mettre en place un nouveau plan   pour 2008/2009.

Elle a  déjà du se séparer de 20  salariés depuis 2005 et est obligée aujourd’hui de réduire à nouveau son effectif  de 5 postes qui touchent la structure permanente.

Aujourd’hui, c’est l’existence même de la régie REPERES qui est en cause.

Ses 63 salariés sont menacés.

Dans le contexte économique ambiant et particulièrement celui de La Source, il s’agirait d’une véritable catastrophe qui fragiliserait encore un quartier dont vous ne pouvez méconnaître la montée des tensions qui l’animent à nouveau.

La remise à l’équilibre de la régie nécessite un effort financier de ses principaux partenaires estimé à 75.000 €. La ville d’Orléans est sollicitée pour 30.000 €. Son accord est la clé de voûte de la participation des autres contributeurs (Etat, Région, Département) pour 45.000€. Ces sommes seront comme vous le savez de surcroît immédiatement réinjectées dans l’économie locale.

Nous ne voulons pas croire qu’il puisse y avoir une volonté délibérée de votre municipalité de détruire la régie de quartier REPERES, afin de lui substituer une hypothétique structure créée de toutes pièces et qui, de surcroît, coûterait bien plus cher. A moins qu’il ne s’agisse, si l’on en croit la politique menée à l’encontre de plusieurs associations du quartier, d’une action toute à fait volontaire pour se débarrasser de militants associatifs qui ne partagent pas toutes vos convictions politiques !

Cette action de désagrégation du tissu associatif local, si vous ne la démentez pas par vos actes, serait évidemment en totale contradiction avec le Loi d’orientation 2009 que vous avez vous-même voté au Parlement, visant à renforcer le tissu associatif local. Mais peut-être que la « vérité » du discours parisien, n’a pas sa place dans notre quartier excentré.

« Les régies de quartier continueront de bénéficier de notre soutien ».

Monsieur le Maire, nous vous demandons instamment de tenir votre promesse électorale.

Orléans , le 08 décembre 2008

Pour la section du Parti Socialiste d’Orléans La Source

Maxime YEHOUESSI, secrétaire de section.

Read Full Post »

Trouvé chez mon buraliste préféré.

On y apprend que le projet de grande salle est bien avancé. « le concept est défini, la dimension aussi. On sait également ce qu’on veut y faire » selon Serge Grouard cité par Maxi Basket News. Il précise également « qu’avec les élections municipales, on a perdu du temps » et que l’on était « à la veille des décisions concernant son implantation  » (p°8)

Heureux de voir, que les journalistes de ce journal ont eu plus d’informations que les élus municipaux…

Read Full Post »

Communiqué de Presse du Groupe Socialiste, Vert et Apparenté

Orléans ville durable ?

Orléans accueille aujourd’hui Jean Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, pour une série de rencontres et d’interventions sur le thème de la « ville durable ». Selon le Ministère, la ville durable de demain est « fondée sur la qualité de vie, la proximité et l’efficacité énergétique » et passe par le développement d’une offre de transports urbains écologiques, la réalisation d’éco-quartiers et, plus largement, par une démarche globale à l’échelle des villes.


L’opposition municipale se réjouit de cette déclaration d’intentions et se félicite de voir qu’à l’occasion de cette visite ministérielle, des coups de projecteur seront donnés sur la seconde ligne de tram, ainsi que sur les deux quartiers de l’Argonne et de La Source.

Le groupe socialistes, verts et apparentés s’inquiète toutefois du grand écart qui, pour le Grenelle de l’environnement comme pour Orléans, sépare trop souvent les paroles des actes. Il rappelle d’abord qu’après s’être longtemps opposés à la première ligne de tram quand ils étaient dans l’opposition, les membres de l’actuelle majorité municipale, une fois parvenus aux affaires, ont pris un retard considérable pour la réalisation de la seconde ligne, que les Orléanais attendent depuis maintenant 7 ans. L’équipe en place a ainsi multiplié les couteuses et longues études préliminaires, écarté la solution du site propre sur la totalité du parcours et, récemment, maximisé les difficultés de mise en œuvre de la seconde ligne en lui adjoignant le très contestable projet de réfection de la rue des Carmes. Il remarque ensuite l’absence de concertation dans le cadre de la convention ANRU à l’Argonne ainsi que pour la mise en place de la charte d’insertion.

Le groupe socialistes, verts et apparentés souligne également qu’Orléans est une ville où le tri sélectif n’est pas généralisé, où les commerçants du centre ne bénéficient pas du ramassage du verre et du carton, et où l’on fait faire 80 km aux déchets triés pour les recycler !

Quant au vélo, si l’opération Vélo + était souhaitable et nécessaire, sa mise en application concrète est loin de satisfaire aux critères d’une ville durable tels qu’ils sont énoncés par le ministère de M. Borloo. Le groupe socialistes, verts et apparentés dénonce en particulier un déficit criant de pistes cyclables, des stations qui suivent les arrêts du tram et surtout « l’oubli » de quartiers entiers de la ville, dont ceux qui sont précisément visités par le ministre : l’Argonne, les Blossières et la Source. Où est, dans cette stigmatisation de certains espaces urbains, « la démarche globale sur la ville durable » ? Où se situe la « politique de proximité » lorsque l’essentiel de l’animation culturelle est concentré en centre ville ? En quoi y-a-t-il développement durable lorsque les habitants de l’Argonne, par exemple, doivent prendre leur véhicule pour rencontrer les permanences des services sociaux à Coligny ? Quelle est la valeur ajoutée écologique d’une concentration massive des moyens et des investissements dans l’hyper centre ?

A l’heure des urgences globalisées, du réchauffement climatique et du renchérissement du prix des énergies fossiles, il n’est plus possible de se contenter de généreuses pétitions de principe ni d’opérations de cosmétique écologique. Ce ne sont pas de paroles dont nos concitoyens ont besoin, mais d’actes concrets à l’échelle de toute la ville. Or, à Orléans, c’est avant tout la communication municipale qui est durable.

Le groupe des élus socialistes, verts et apparentés.

Read Full Post »

Ordre du jour (source Orleans.fr)

Comme sujet important de ce conseil d’octobre, on notera notamment l’étonnante délibération sur les Conseils Consultatifs de quartiers (n°36), la surprenante question de la mutualisation des services (n°45) ou encore la curieuse délibération sur la revalorisation de 30% des crédits d’heure des élus (n°47) …

Un Conseil Municipal qui s’annonce un peu moins long que les précédents mais pas moins passionnant.

Il faut rappeler que les conseils municipaux sont publics, les portes ouvrent à 18h.

Read Full Post »

Vous voyez une similitude ? Le maire d’Orléans oui …

Ou comment le maire d’Orléans nous rappelle son manque d’humour et de connaissance cinématographique

Le maire UMP d’Orléans transforme Dark Vador en… soldat SS

(LibéOrléans)

Mais quelle mouche a piqué Serge Grouard, le maire UMP d’Orléans? Ce dernier vient de profiter du conseil municipal de septembre pour régler ses comptes en public et sous l’œil des caméras, l’assemblée étant désormais filmée. L’édile a tout d’abord rappelé qu’il attaquait «Mourad Guichard» et «Laurent Joffrin», du quotidien Libération, pour «diffamation». Puis, Antoine Bardet, animateur du blog potache «Les amis de Serge Grouard» (blog fermé depuis plusieurs mois) pour «dénigrement». Un blog humoristique truffé de photos niaises et de commentaires élogieux à la gloire du maire UMP candidat à sa propre succession.
«Comme ce (blog) était anonyme, j’ai entrepris des recherches» pour découvrir qui en était l’auteur, a rapporté le maire. Jusque-là, rien de bien méchant. Si ce n’est que les moyens employés ont caressé la disproportion, allant, comme le maire l’a rappelé au cours d’une conférence de presse (LibéOrléans du 25 septembre 2008), jusqu’à la perquisition sur le lieu de travail d’Antoine Bardet, connu localement sous le pseudo de Fansolo. (Lire la suite…)

«Il y a déjà des commentaires» via Internet sur ces recours en justice, a informé le maire, estimant que «certains cherchaient à renverser les rôles (…) nous faisant passer de victimes au statut d’agresseurs». Et Grouard de poser solennellement la question à laquelle nous souhaiterions qu’il réponde: «Jusqu’où va-t-on aller? ».
Malgré l’insistance des élus d’opposition qui ont cherché à savoir pourquoi le maire se servait de cette assemblée pour régler ses comptes personnels – Grouard ayant précisé qu’il avait payé de sa poche les frais de justice, soit 7000 euros -, celui-ci s’est contenté de poursuivre les débats drapé dans son costume de chevalier blanc à l’honneur bafoué.
Très prompt à commenter les procédures judiciaires pourtant frappées du secret de l’instruction, Serge Grouard a laissé entendre que LibéOrléans s’était fendu, à son «encontre», du qualificatif de «fasciste actif». Une allégation naturellement mensongère. LibéOrléans le met d’ailleurs au défi de trouver le moindre commencement d’article dans lequel une telle énormité figurerait.
Passée la flambante plaidoirie de l’adjoint à la sécurité qui traîne également un blogueur potache devant les tribunaux pour «usurpation d’identité» – l’amour du vide doit provoquer des vertiges contagieux -, le maire est revenu à la charge en produisant la preuve du complot médiatique dont il était l’innocente victime. «Sous un article (concernant l’attaque contre le blogueur), titré Le soldat Grouard part en guerre contre l’humour potache (…), il y a un dessin représentant un soldat avec un casque nazi». Ce terrible soldat teuton n’est autre que Dark Vador, le héros de StarWars dont Fansolo, comme son pseudo l’indique, est un inconditionnel.
Pauvre Serge Grouard qui, à trop vouloir attirer la pitié, en transformerait Blanche Neige en Sergent Garcia.

par Mourad Guichard

A lire également

Les amis… A Nonymes.

Serge Grouard succède à Fansolo

Fansolo.

Read Full Post »

Older Posts »