Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2009

Blog en grève

Manifestation Orléans29 Janvier

10h30 Parvis de la Cathédrale

Read Full Post »

Le groupe de l’opposition « Socialistes, Verts et Apparentés » s’interroge sur l’avenir de l’ancien cinéma « Artistic ». Son état s’aggrave peu à peu. Il est fortement souhaité une réhabilitation totale du site en cohérence avec le bâti existant. Cet espace est un lieu incontournable du centre ville d’Orléans.


La mairie doit pouvoir s’entendre avec le Conseil Général pour implanter un pôle étudiant. Le combat des ego entre le maire et le président du Conseil Général doit cesser sur ce sujet. Si l’on souhaite accueillir des étudiants, et que cette volonté ne reste pas un vœu pieux, cette possibilité ne doit pas être abandonnée trop vite.


Le choix repris récemment par E.Doligé d’implanter une grande Ecole, a été un des axes de notre campagne électorale. C’est un choix d’avenir et ambitieux, un choix que nous appelons de nos vœux et que nous soutiendrons avec force.


La majorité municipale doit faire preuve de volonté politique pour ne pas abandonner, comme à son habitude, cet espace à des promoteurs privés mais s’en saisir comme un véritable outil d’une politique urbaine cohérente en Centre Ville.


Baptiste CHAPUIS pour le Groupe d’opposition « Socialistes, Verts et Apparentés »

Read Full Post »

Vodpod videos no longer available.

Read Full Post »

Il aura fallu 25 jours de conflit et 2000 tonnes de déchets amassés dans nos rues pour qu’un accord vienne enfin mettre un terme au conflit opposant M. Lemaignen et les éboueurs grévistes. Dès le début de la grève, le président de l’AgglO avait fait le pari du pourrissement de la situation, escomptant que l’essoufflement du mouvement lui permettrait de négocier une sortie de crise favorable à ses intérêts. Cette attitude obstinée de refus du dialogue s’est avérée socialement arrogante, stratégiquement inefficace et politiquement dangereuse, puisqu’elle a failli aboutir au blocage total de l’ensemble des dépôts privés et publics.

La raison l’a finalement emporté, et l’opposition municipale d’Orléans (Socialistes, Verts et apparentés) se réjouit qu’une issue ait été trouvée à un conflit qui n’aurait jamais dû s’éterniser. Elle n’en dresse pas moins un bilan très sévère pour le président de l’AgglO. Dans cette affaire, celui-ci mérite en effet un zéro pointé. Sur la forme, dans la plus pure tradition réactionnaire, il a tour à tour usé du discours du mépris et tenté de faire passer les collecteurs de déchets pour des nantis. Sa communication publique a souvent sombré dans la caricature. Ainsi, justifier l’augmentation de sa propre indemnité par le fait qu’il travaillerait « deux fois plus » et prendrait « deux fois moins de vacances » que les éboueurs constituait à la fois une remarque déplacée et une faute politique. En règle générale, les comparaisons sont souvent difficiles. En la matière et dans ces circonstances, elles étaient franchement indécentes.

Sur le fond, par son report de la négociation avec les grévistes à la réunion de la commission des communes, M. Lemaignen s’est spontanément dessaisi de ses compétences, laissant dans l’intervalle aux maires des villes concernées le soin de gérer le problème des déchets comme ils le pouvaient. Ce dessaisissement de compétence s’est ainsi opéré au détriment de l’intérêt communautaire. En cette circonstance de crise, le président de l’AgglO s’est comporté comme un chef de service mandaté par des élus, non comme un responsable politique lui-même élu, chargé d’assumer ses fonctions en vue de l’utilité publique.

L’étirement du conflit a également révélé une inquiétante violence sociale dans le traitement des relations de travail au sein de l’AgglO. Prétendre régler les relations sociales en termes de rapports de force, ce n’est pas seulement exhiber le vrai visage d’une droite locale dure et réactionnaire. C’est aussi faire peu de cas des légitimes aspirations de nos concitoyens, confrontés à une conjoncture économique très difficile. C’est enfin oublier que le droit de grève a, en France, une valeur constitutionnelle, ce que les élus orléanais du groupe socialistes, verts et apparentés entendent ici fermement rappeler.

Enfin, l’opposition municipale d’Orléans souligne la concordance de dates entre le traitement calamiteux de cette grève, d’une part, et l’annonce de l’instauration d’une fiscalité additionnelle sur les ménages, d’autre part. Constatant que cette fiscalité additionnelle est destinée à assurer le financement des projets de l’AgglO, l’opposition municipale demande que ce surcoût supporté par les habitants de l’agglomération s’accompagne, pour M. Lemaignen, d’un surcroît de rigueur et d’une plus grande compétence dans la mise en œuvre de ces mêmes projets.

Le groupe « Socialistes, Verts et apparentés » d’Orléans

Read Full Post »

Pour 2009, une RdB n°9

RDV : Vendredi  26/01 23/01

Lieu: Bec à Vin , rue de Bourgogne

dès 20h30

Thème: ??

Inscriptions obligatoires pour des raisons de places et d’organisation

(en commentaire)

Read Full Post »

Read Full Post »

L’école a besoin de réformes. Les réformes sont nécessaires pour permettre une évolution du service public éducatif, son adaptation aux évolutions de notre société, pour prendre en compte la spécificité des élèves et de leurs milieux. Ces réformes ne peuvent se faire sans les acteurs de ce domaine, l’ensemble de la communauté éducative. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

La méthode Sarkozy: Il prétend mener des réformes, ouvre le débat en se disant prêt à accueillir toutes les bonnes idées, puis le referme brusquement en imposant des décisions le plus souvent conservatrices. En agissant ainsi, il contribue à détruire l’idée même de la réforme. Cette méthode il l’applique à de très nombreux sujets (audiovisuel, santé, institutions…)

Comme l’écrit François Dubet à propos des tentatives de réforme du lycée, leur « rejet ne porte pas d’espoir ». Contre Sarkozy, la responsabilité de la gauche est de rendre l’espoir en sauvant l’idée de réforme, et en opposant aux projets de la droite une réforme de gauche de l’Education nationale. Le Grand Soir n’est pas la solution ! Et ce n’est pas la mission du directeur de Sciences Po qui changera la donne…

Une large coalition d’acteurs du système éducatif a choisi de relever ce défi et vient de publier 9 propositions pour la réforme des lycées. Voir ainsi syndicats enseignants, lycéens et étudiants, associations de parents d’élèves, grandes fédérations d’éducation populaires et mouvements pédagogiques, s’associer et avoir le courage de proposer une réforme progressiste du lycée est à souligner.

La responsabilité des partis politiques de gauche maintenant est de rentrer dans ce débat et de contribuer à la construction d’une alternative crédible à l’entreprise de destruction sarkozyste. Il ne suffit pas de combattre les projets de la droite et dénoncer les réductions de postes pour entraîner l’adhésion de la population.

Nous devons nous engager, aux cotés des acteurs de la communauté éducative, sur le chemin de la réforme de l’école de la République.  Je serais donc à leurs côtésé le 29 janvier à Orléans.

—————————————————————————————–

9 propositions pour réformer le lycée

Cette première série de 9 propositions concerne les différents aspects des missions, de l’organisation, du fonctionnement et des contenus enseignés au lycée. Toutes ces propositions sont liées entre elles. Leur liste n’est pas exhaustive. Notre groupe s’engage à continuer de travailler à d’autres propositions dans le cadre des chantiers que nous avons listés précédemment. Une réforme est vouée à l’échec si elle se cantonne à quelques mesures homéopathiques qui ne produisent pas l’effet de levier escompté.

  1. L’organisation du lycée est modulaire : modules communs et modules d’exploration en seconde ; modules communs et modules de spécialisation progressive en cycle terminal.
  2. Les voies générale et technologique sont fusionnées.
  3. Les modalités de la certification terminale (baccalauréat tiennent compte de cette nouvelle organisation: les modules sont capitalisés après validation en cours de formation. En plus de cette capitalisation, le baccalauréat fait l’objet d’un nombre réduit d’épreuves terminales et d’une épreuve intégrée représentative du parcours de l’élève.
  4. Les modules sont définis par des connaissances et des compétences à acquérir. Le mode d’évaluation est précisé à l’avance. Les modules peuvent être pluri-disciplinaires ,  inter-disciplinaires ou disciplinaires,  ; un ou plusieurs modules sont élaborés  par les équipes.
  5. Un temps d’accompagnement doit être prévu de façon spécifique dans les emplois du temps, encadré par des professeurs référents, avec deux objectifs distincts à moduler tout au long de l’année scolaire : un travail d’élaboration du parcours personnel et le suivi des apprentissages réalisés, dans le cadre de petits groupes d’élèves.
  6. L’accompagnement des élèves, le travail en équipe et la participation au pilotage de l’établissement font partie des missions des enseignants et sont intégrés dans leurs services.
  7. L’accompagnement, le travail personnel, la vie associative, les relations entre pairs, entre jeunes et adultes, l’apprentissage  démocratique  sont des dimensions importantes pour la formation et l’insertion du futur citoyen. Leur donner du temps implique de limiter l’horaire de cours des élèves.
  8. Les instances collectives  doivent être redéfinies pour permettre la participation de tous, élèves et adultes.
  9. L’autonomie des établissements va de pair avec leur mise en réseau  sur un  territoire donné dans une logique de complémentarité pour éviter toute concurrence.

Read Full Post »

Older Posts »