Feeds:
Articles
Commentaires

Communiqué du 09/10/2020

Dans la presse : La République du Centre Samedi 10/10/2020

Le Loiret doit porter plainte contre les propos de haine tenus par Eric Zemmour 

A l’image de nombreux départements (aujourd’hui 14 ), le Loiret doit déposer une plainte contre les propos tenus par Eric Zemmour sur CNEWS à propos des mineurs isolés. Il a déclaré que « tous » les mineurs migrants sont « voleurs », « assassins » et « violeurs », après le nouvel attentat perpétré devant les ex-locaux de Charlie Hebdo.

Ces propos racistes, tout simplement abjects, constituent une incitation à la haine et portent atteinte non seulement aux mineurs accueillis, dont les départements ont la responsabilité, mais à notre République et à nos valeurs qui fondent la cohésion nationale 

Pour rappel, les mineurs sont considérés comme « non accompagnés » lorsqu’ils n’ont aucun responsable légal sur le territoire national. Lorsqu’il s’agit de migrants, la situation est donc particulièrement critique, car ils doivent solliciter l’asile auprès des autorités pour rester en France. Le Loiret doit se mobiliser contre ce déferlement malsain et infondé à l’égard de ces migrants mineurs, qui font face à des situations très graves. Le Conseil départemental est en effet responsable de l’accompagnement des mineurs non accompagnés.

Le Président du département du Loiret doit ré-réaffirmer le soutien à tous les enfants et à tous les jeunes que le département accueille dans le cadre de ses missions de protection de l’enfance. Il est nécessaire de mettre œuvre un accueil inconditionnel et digne qui rend les propos racistes tout simplement abjects. 

Nous demandons à la Présidente du Département du Loiret de s’associer à la démarche engagée par de nombreux départements et de porter plainte contre Eric Zemmour.

La question des migrations mérite mieux que des contre-vérités et des propos haineux d’un polémiste déjà condamné pour incitation à la haine. Ce sujet mérite un débat de fond, loin des peurs et des stéréotypes qui peuvent malheureusement trop souvent l’entourer.

Ne cédons rien aux racistes et aux porteurs de peur et de haine. Ils sont les plus grands dangers de nos sociétés. Et ne taisons pas le travail remarquable des professionnels qui les accueillent, les accompagnent. Éducateurs, psychologues, enseignants, maîtres de maisons, qui peuvent être assurés de tout notre entier soutien.

Baptiste CHAPUIS et Jérôme BORNET  

Conseillers Municipaux (PS) d’Orléans 

Pour agir : Signez la pétition

« Masques obligatoires dans la métropole d’Orléans : Baptiste Chapuis demande une dérogation pour les joggeurs et les cyclistes » La République du Centre 28/08

https://www.larep.fr/orleans-45000/actualites/masques-obligatoires-dans-la-metropole-d-orleans-baptiste-chapuis-demande-une-derogation-pour-les-joggeurs-et-les-cyclistes_13829027/

Covid 19 : face à la situation sanitaire, la ville d'Orléans renonce à  Rentrée en Fête le 6 septembre prochain

https://www.leparisien.fr/economie/orleans-maintient-sa-braderie-malgre-la-pandemie-de-covid-19-27-08-2020-8374008.php

Suite aux maintien de la Braderie et à l’annulation de Rentrée en Fête (ainsi que de nombreux vide grenier), j’ai exprimé mon incompréhension que je partage avec de nombreux acteurs associatifs.

Grande inquiétude des associations d’Orléans face à cette rentrée. Rentrée en Fête, est un moment nécessaire et incontournable pour permettre aux familles de rencontrer les acteurs associatifs , pour découvrir et/ou s’engager dans une nouvelle activité. Des modalités doivent être rapidement trouvées pour faciliter cette prise de contact, nous aurions pu imaginer et anticiper une organisation spatiale plus étendue sur plusieurs rue ou parc de la Ville pour cette édition 2020…

Vendredi 21 mars 2008, samedi 4 juillet 2020, deux dates, une même émotion, me retrouver au sein de Conseil Municipal d’Orléans pour défendre et porter la parole de tous les habitant.es…

Ci-dessous ma première intervention dans un Palais des Sports mobilisé pour l’occasion

Conseil Municipal du 4 juillet 2020

M. Le Maire, Cher.e collègues,

Permettez-moi tout d’abord, de saluer votre élection M. Le Maire, mais aussi de vous rappeler comme a pu l’évoquer Jean-Philippe dans son intervention, que nous nous inscrivons dans une opposition constructive, à l’image de la campagne (digne et innovante) que nous avons menée, en portant des propositions concrètes dans l’intérêt de tous les orléanais. Vous pourrez compter sur mon engagement, sur notre engagement pour être à la fois vigilant et utile à tous nos concitoyens.

Concernant cette délibération formelle, nous tenions à vous faire part de notre volonté de travailler avec vous, à une charte de l’élu.e orléanais.e qui pourrait compléter celle présentée ce matin, ainsi que le Règlement Intérieur.

Cette charte pourrait permettre d’évoquer les questions éthiques, et de transparence, en reprenant les travaux de l’association Anticor  

  • Permettre d’éviter que les élu.es se retrouvent en situation de conflits d’intérêts,
  • Faciliter l’accès au référent déontologue du CNFPT,
  • Sensibiliser aux questions de harcèlement à la fois moral et sexuel, entre élus et vis-à-vis des agents de la ville
  • Envisager la retransmission de nos débats en Conseil Municipal,
  • Ouvrir les commissions aux citoyen.nes, 
  • Permettre à nos co-citoyens de nous soumettre un sujet au Conseil municipal, et donc de créer un droit de saisine 

Voir créer à l’image de Limoges ou de la région PACA, une commission spécifique chargé de suivre ces questions qui pourrait être saisie directement par des habitant.es .

Et donc globalement de s’efforcer de rendre le plus transparent possible, le plus accessible, notre activité d’élu pour lutter contre le désintérêt et la méfiance qui gagne nos concitoyens

Vous le voyez, vous pourrez compter sur notre participation active dans la mise en œuvre de cette démarche qui permettra de donner les clés aux nouveaux élus et peut-être ré intéresser un peu plus les citoyens, citoyennes à la vie publique.

Merci de votre écoute

Afin de suivre la campagne des élections municipales 2020, je vous invite à me rejoindre sur :

https://www.faire-respirer-orleans.fr/ 

bandeau_FB

Les socialistes d’Orléans s’interrogent sur l’installation ou le changement de panneaux publicitaires.

Alors que la municipalité évoque le développement durable à grand renforts de communication, et alors que les Fêtes de Loire ont obligé à pomper l’eau de la Loire pour remplir le canal asséché, les orléanais voient apparaître des panneaux dits « numériques », notamment en centre-ville.

Chaque panneau correspondrait à la consommation énergétique de 3 familles (soit 12 personnes) sur 1 an. (selon l’association NegaWatt)

Nous demandons de ce fait, qu’un bilan carbone soit réalisé sur le coût énergétique de la publicité, qu’elle soit numérique, par affichage classique ou tout autre système innovant. Si la publicité reste une source de financements pour le mobilier urbain, limiter son impact sur l’environnement doit être une condition prioritaire et incontournable.

Nous demandons donc à la ville et à la Métropole de suspendre, dès aujourd’hui, le déploiement de ce type de panneau, en attendant les résultats de cette étude carbone, ainsi que l’extinction de ces panneaux numériques la nuit lorsque les lieux où ils sont installés ne sont pas ou peu fréquentés.

Orléans doit pouvoir s’appliquer la recherche permanente de sobriété énergétique dans chacune de ses actions.

( Article de La République de Centre : 11/10/2019) 

Les militants socialistes du Loiret ont, par un vote jeudi 10 octobre, désigné leur chef de file pour les municipales 2020 dans plusieurs communes, comme Fleury-les-Aubrais. A Orléans, c’est le chef de file du PS, Baptiste Chapuis, qui montera au front. 

Il a été désigné « premier socialiste ». Et donc celui qui, dans la bataille des municipales 2020, portera les couleurs du Parti socialiste orléanais, ses ambitions, ses projets. 

Par un vote jeudi 10 octobre, les militants du PS d’Orléans ont officiellement désigné Baptiste Chapuis chef de file de la formation pour les prochaines élections municipales 2020, dans la cité johannique.

Dans une volonté de continuer à « travailler » pour « fédérer les énergies, pour renouer avec l’audace et pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui et de demain, en dépassant les seules ambitions individuelles stériles ».

Sans faux semblant, notre ville doit assumer son rôle de capitale régionale, écologiquement responsable et socialement innovante, où chacun peut trouver sa place, dans un esprit républicain attaché à la laïcité.

Baptiste Chapuis@BaptisteChapuis

Une grande fierté d’avoir été désigné ce soir par les http://militant.es  socialistes pour faire gagner la gauche à

View image on Twitter

Alors que les municipales débuteront en mars 2020, les ambitions politiques se dévoilent à Orléans, dans un climat en partie troublé par la récente fronde des élus de la majorité municipale, opposés au maire Olivier Carré.

Un certain nombre d’irrégularités ont été pointées concernant les notes de frais d’Olivier Carré lors de ses déplacements, le procureur a donc décidé de d’ouvrir une enquête préliminaire. Les remboursements des nuitées parisiennes entre 300 et 600 euros scandalisent de nombreux orléanais.

Il semble que la délibération votée à la hâte pour couvrir ces dépenses en 2016 serait légal. Néanmoins la question se pose non sur un terrain administratif ou juridique mais bien sur un terrain éthique et moral, et surtout d’honnêteté vis à vis des citoyens d’Orléans. L’argent public ne doit jamais servir les intérêts ou le train de vie personnels des élus, même couvert par une délibération. Ces nombreuses dépenses d’Olivier Carré ne doivent en aucun cas, être supporter par les impôts des orléanais.

C’est pour cela, que nous demandons officiellement à Olivier CARRE de rembourser les orléanais et de s’excuser d’avoir eu recours à de l’argent public pour ce type de dépenses somptuaires. Nous demandons ainsi que le barème voté en Conseil Municipal en juin 2019 puisse s’appliquer sur les dépenses entre 2016 et 2019. L’ardoise payée par nos impôts, ne peut s’effacer d’un trait de plume. Nous souhaitons qu’une commission puisse rapidement statuer sur le montant et le périmètre de ce remboursement.

 

Pour les socialistes d’Orléans, Baptiste CHAPUIS

Suite aux révélations du Canard Enchaîné, Olivier CARRE doit des explications aux orléanais.

Le Canard enchaîné révèle dans son édition du mercredi 12 juin, l’utilisation d’argent public pour financer des nuits d’hôtels de luxe à Paris, à Cannes, des voyages à Las Vegas ou encore en Chine de la part du Maire d’Orléans.

Est-ce aux Orléanais de payer les sorties d’Olivier Carré avec ses proches dans les Palaces parisiens à moins d’une heure d’Orléans, ou encore de payer les hôtels de luxe à Las Vegas ?

La vie privée d’Olivier Carré ne concerne ni n’intéresse les Orléanais, l’argent public oui. La question de son utilisation par le Maire ou par des proches du maire, est clairement posée dans ces révélations du Canard Enchaîné. Les orléanais méritent des réponses précises sur ces événements. Si un détournement de fonds publics est avéré à des fins personnelles, Olivier Carré devra l’assumer.

Après avoir augmenté son indemnité d’élu de 300% en 2017, ces nouvelles révélations interrogent à nouveau sur la bonne utilisation de nos impôts locaux.

L’argent public ne doit jamais servir les intérêts personnels des élus.

C’est une question d’honnêteté et de morale !

 Michèle BARDOT et Baptiste CHAPUIS pour les socialistes d’Orléans 

Image associée

Journée mondiale de l’environnement (5 juin) : Pour devenir une ville pro-climat, Orléans doit devenir réellement durable.

 Une ville durable, c’est une ville qui place « l’humain au cœur de l’urbain. »

Une ville durable, c’est celle qui ne choisit pas entre ambition sociale, développement économique et action pour le climat convaincue que la richesse de demain ne se bâtira plus au détriment de notre qualité de vie.

Une ville durable ne peut pas laisser à la génération qui vient un territoire de vie encore plus dégradé que celui dans lequel nous vivons actuellement.

Une ville durable sait utiliser le numérique non comme un gadget mais comme un outil au service d’un intérêt vraiment général

Cela passe notamment par

  • Faire d’Orléans, un territoire Zéro Carbone
  • La végétalisation des espaces publics, des toitures et des façades afin de faire baisser les températures
  •  Repenser tous les modes de déplacement en laissant une plus grande place à la pratique du vélo, dans un réseau cohérent
  • La sensibilisation des enfants dans les écoles mais aussi de l’ensembles des orléanais.es aux produits bios et à l’économie circulaire.
  • La création d’une ferme pédagogique sur le site de l’Ile Charlemagne
  •  Repenser l’éclairage public  de manière plus économe
  • Un Grand plan de rénovation énergétique des bâtiments publics notamment des gymnases (isolation, éclairage, consommation d’eau…)
  • Intensifier le déploiement de dispositifs naturels de réduction des déchets

Jérôme BORNET, Baptiste CHAPUIS, Pour les socialistes d’Orléans 

Après les élections européennes, nous appelons à l’unité de la gauche.

Après le séisme électoral de 2017, la première élection du quinquennat a surpris les observateurs et acteurs politiques avec un sursaut de participation pour une élection européenne. Partout en Europe, des citoyennes et des citoyens se sont déplacés et ont rompu avec la tendance jusque-là irréversible de l’abstention.

Les Orléanais.es n’ont pas fait exception. La participation est meilleure qu’en 2014 et doit être saluée.

Désormais, les résultats nous engagent.

Pour la gauche, une lecture de ces résultats ne peut être balayée : la dispersion a empêché la victoire des idées humanistes, sociales et écologiques. Chacun dans son parti pourra se satisfaire de son propre résultat. Mais les vrais changements de politique n’interviendront que lorsqu’ensemble nous gagnerons.

Le temps de l’unité à gauche est arrivé.

Nous appelons l’ensemble des organisations politiques de gauche, de progressisme social et écologique, les citoyens et les citoyennes engagés, les jeunes qui se mobilisent pour le climat ou dans le tissu associatif, à se rassembler et construire une alternative à la droite orléanaise, qui s’assume ou qui avance masquée.

Beaucoup reste à construire à Orléans : pour améliorer les transports et libérer notre ville du tout voiture ; pour remettre la transparence, la déontologie et la participation citoyenne au cœur de l’action municipale ; pour augmenter le pouvoir d’achat des familles grâce à une meilleure tarification sociale ; pour faire respirer Orléans avec de nouveaux espaces verts et ainsi contribuer à la protection du climat…

 Jérôme BORNET, Michèle BARDOT-CARTERON, Baptiste CHAPUIS

Pour les socialistes d’Orléans 

 

Dans « la politique ce n’est pas sale ! », pour parler Fake News, Florence Porcel et Baptiste Chapuis recevaient Sylvain Delouvée, Maître de conférence à l’université Rennes 2 ; Nicolas Gauvrit, psychologue et mathématicien spécialisé en science cognitive ; Maylis Lavau-Malfroy, candidate Nouvelle Donne aux élections européennes et George Pau-Langevin, Députée de Paris, ancienne ministre. Membre de la commission des Lois de l’Assemblée nationale.

Première émission sur la Chaîne Rose Combat TV sur le thème du Football en Europe. Un débat animé par Florence Porcel et Baptiste Chapuis, qui recevaient en direct sur leur plateau Richard Bouigue, 1er adjoint du 12ème arrondissement de Paris, Co-directeur de l’Observatoire du sport et société à la Fondation Jean-Jaurès ; Tiphaine Kerdranvat, militante de gauche ; Maylis Lavau-Malfroy, candidate Nouvelle Donne aux élections européennes et Corinne Narassiguin, secrétaire nationale du PS. Accompagnés de Pierre Rondeau, économiste du sport, professeur à la Sports Management School, codirecteur de l’Observatoire Sport et Société de la Fondation Jean Jaurès, chroniqueur éco sport pour le groupe RMC Sport et Eric Thomas, Président de l’Association du Football Amateur en France.

Pour visionner l’émission : https://www.youtube.com/watch?v=N9nFUyUFcjM 

 

Rejoignez Rose Combat TV sur :

Une chaîne vidéo de décryptage, d’analyse, de commentaire de meeting, de débat …

Ne ratez rien de l’actualité , rejoignez-nous également sur :

8mars

Parce que le 8 mars ce n’est pas la « journée de la femme » mais bien la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous défendons la place des orléanaises dans l’espace public.

L’égalité est un combat universel, nous pouvons dès aujourd’hui, agir concrètement et localement.

10 propositions concrètes des socialistes pour atteindre l’égalité réelle à Orléans

          Lutter contre le harcèlement et les violences faites aux femmes dans toute la ville :

1. Plan d’intervention et de sensibilisation dans les transports en commun, et dans la rue, qui s’adresse aux victimes, auteurs et témoins de situations. La mise en place de protocole d’alerte ;

2. Former les agentes et les agents de la ville (policiers et policières, personnel d’accueil, agent administratif, ATSEM…)

3. Développer et soutenir le dispositif d’accueil des femmes victimes de violence ;

– Lutter contre la reproduction des stéréotypes en milieu scolaire :

4. Proposer et soutenir des interventions en milieu scolaires par les acteurs associatifs pour lutter contre les stéréotypes de genre ;

5. Repenser le plan de rénovation des cours d’école afin de permettre à chacun et chacune de s’éveiller et partager l’espace.

– Faciliter l’accès au sport par les femmes :

6. Accompagner les clubs et associations dans la formations de tous leurs bénévoles et/ou salarié.e.s ; Ouvrir des créneaux des gymnases à tous et toutes pour une pratique plus conviviale, plus exclusivement réservé à la compétition.

7. Repenser la politique de subventionnement des clubs professionnels, pour revenir à un équilibre Femmes Hommes.

– Une collectivité exemplaire pour les agentes et les agents de la ville et métropole :

8. Identifier et Supprimer les écarts de rémunération qui existent en défaveur des agentes ;

9. Favoriser la parentalité de tous en portant notamment de 11 à 25 jours le congés parental du second parent (actuellement à 11 jours).

– Des femmes citoyennes et actrices :

10. Proposer une équipe exécutive paritaire à la ville qui portera des candidatures paritaires à la Métropole

Publié le 08/02/2019 à 19h33

Le Parti socialiste dévoile ses premières idées de campagne pour les élections municipales 2020 à Orléans

Les socialistes sont entrés en campagne. © Orléans AGENCE

Extension de la ligne A du tramway, transports gratuits pour les scolaires, zone zéro chômeur longue durée… Le parti socialiste orléanais a annoncé ses premiers thèmes de campagne pour les municipales de 2020.

Qui incarnera le programme des socialistes aux élections municipales de 2020 ? Le profil du chef de file n’est pas acté. Seule certitude : « Nous désignerons au dernier trimestre le premier des socialistes, celui qui sera le plus haut sur la liste, avance Baptiste Chapuis, secrétaire de la section d’Orléans. Mais cela ne signifie pas qu’il sera le candidat des socialistes aux municipales. »

Entre les mots de cette déclaration, un aveu : le Parti socialiste n’exclut pas une ouverture vers d’autres partis politiques.

En tout cas, il a déjà la tête aux échéances municipales puisqu’il a dévoilé, ce vendredi 8 février, ses premières idées soufflées par des Orléanais lors de différentes rencontres.

Les transports, la mobilité

Les transports, la mobilité constituent l’une des lignes directrices. L’attente est forte. « Nous voulons la gratuité des transports pour les scolaires. C’est une question d’équité puisque les déplacements assurés par le réseau Rémi, eux, ont été rendus gratuits par le conseil régional. Cela coûterait 3 millions d’euros par an« , estime Michèle Bardot, secrétaire de la section socialiste de La Source.

« Avec cette gratuité, les jeunes s’habitueraient à prendre les transports en commun », renchérit Baptiste Chapuis qui verrait bien, par ailleurs, une extension de la ligne A du tramway vers le quartier Blossières et Saran. « La bifurcation pourrait se faire à Coligny. » La création de 100 kilomètres de pistes cyclablespourrait également figurer sur la feuille de route socialiste.

Écologie

Du vert sur les idées du parti socialiste. Celui de l’écologie. « Nous voulons revégétaliser les espaces publics, les façades pour réduire la température pendant les fortes chaleurs », explique Baptiste Chapuis. « Pourquoi pas revoir, également, certains revêtements ». Par ailleurs, la construction de bâtiments basse consommation sera également une priorité.

Emploi

Les socialistes se mobiliseront pour l’emploi en intégrant sur tous les marchés publics des clauses sociales d’insertion, en privilégiant les petites entreprises locales. « La Métropole pourrait tenter de devenir une zone zéro chômeur de longue durée« , ambitionne Baptiste Chapuis.

Il portera, avec d’autres socialistes, ses idées sur les marchés dans les prochains jours. « Les Orléanais, même s’ils ne sont pas adhérents du PS, peuvent nous proposer des idées. On aura besoin de 55 noms sur la liste. » La campagne est lancée. Même sans chef de file officiellement désigné.

Qui sera sur la ligne de départ ? À un an des prochaines élections municipales, les ambitions s’aiguisent déjà à Orléans. À cette occasion, MagCentre propose un tour d’horizon des candidats au scrutin.  Nous poursuivons avec Baptiste Chapuis, secrétaire de la Fédération socialiste d’Orléans.

Où en est le Parti Socialiste dans sa mobilisation municipale ?

“Nous avons réalisé une tournée des quartiers et des associations. Nous allons continuer avec du porte à porte numérique et physique. Nous voulons rencontrer les Orléanais pour faire émerger des propositions : il y a de bonnes idées à prendre sur le terrain. Nous avons aussi lancé de premières idées : la gratuité des transports scolaires, des initiatives pour le pouvoir d’achat des ménages, le sport et l’attractivité économique. Le programme sera arrêté à l’automne mais il reflétera véritablement les besoins des Orléanais.”

“Il y a aujourd’hui pléthore de candidatures, où vous situez vous dans cette foire pré-électorale ?

“Nous appelons au rassemblement le plus large, nous rencontrons les autres mouvements politiques, des associations, les candidats éventuels comme Michel Ricoud pour le PC, Jean-Philippe Grand pour les Verts ou Philippe Rabier pour Citlab. Le PS veut jouer collectif. Jamais il ne s’est présenté seul à une municipale à Orléans. Cela dit attention il y a beaucoup d’intox, de bluff chez certains candidats qui veulent faire monter les enchères pour mieux s’affirmer et mieux marchander.  Nous ne sommes pas dans cette logique. Mais il y a évidemment de nombreux points de convergences avec d’autres initiatives locales. Ce sont les idées et le programme qui doivent primer, pas la tête d’affiche.”

 

N’y va-t-il pas une bataille d’égos entre candidats potentiels ?

“Peut-être. Mais si ma candidature est un frein au rassemblement je la retirerai. Je ne serai pas un obstacle. Je préfère être en position 2, 4 ou 6 si cela peut faire avancer l’unité et le rassemblement. Dans tous les cas je serai un point de ralliement et de convergence.”

La gauche a-t-elle ses chances à Orléans ?

“Évidemment ! Olivier Carré est usé. C’est la fin d’un cycle de 20 ans durant lequel de mauvaises habitudes ont été prises. Il y a un essoufflement évident. Nous ferons campagne pour plus de transparence et de déontologie, pour abandonner certaines pratiques opaques. Qu’a-t-on à cacher à la mairie ? Avec la crise des gilets jaunes nous avons un devoir d’exemplarité encore plus fort qu’avant !”

Propos recueillis par J.-J.T.

Quelques jours après l’annonce du transfert des « Panthères de Fleury » (Fleury Handball Loiret) sous pavillon métropolitain, le soutien financier historique du club se retire à la fin de la saison (Jp Gonthier). Avec le départ de cet acteur économique majeur, c’est un engagement sans faille pour le sport féminin mais aussi 40% des apports financiers du club qui vont disparaître.
Suite au transfert du club, les amateurs de sports s’attendaient à une valorisation, une nouvelle étape, une réelle ambition, mais non il ne s’agit au final que d’un simple montage financier sans réelle volonté de développement, un simple désengagement de la ville de Fleury au profit de la métropole. Le projet et la mobilisation des élu.es ne sont pas à la hauteur de l’équipe la plus titrée de la métropole. La situation se répète à nouveau aujourd’hui avec le Saran Loiret Handball et l’un de ses principaux sponsors. (LSDH)
A travers ces situations, les socialistes d’Orléans s’interrogent sur la stratégie sportive de la ville d’Orléans portée notamment par son adjoint ainsi que sa traduction métropolitaine aujourd’hui et pour demain.
Les quelques exemples récents :
Orléans Loiret Basket vient de perdre une nouvelle fois une affaire emblématique aux prud’hommes conséquence du caprice d’un élu. Après la procédure concernant l’ancien entraîneur, c’est maintenant plus de 300 000 euros gaspillés dans des procédures qui aurait pu être évitées.
– L’USO, qui malgré une bonne santé sportive que l’on salue, est menacée par des affaires économiques et judiciaires qui ne permet pas de créer un contexte de sérénité nécessaire à son bon développement. et cela sans évoquer l’absence de vision à long terme concernant les infrastructures.
Le CFA du Sport dont le montage financier autour d’un important projet immobilier est flou et dont la stratégie ne semble pas anticiper l’impact des évolutions législatives récentes.
L’absence de transparence et de stratégie à long terme, les dérives de certains élus, ne permettent pas de construire durablement des clubs de haut niveau. Clubs participants à la mise en place d’un écosystème favorable pour l’ensemble des acteurs associatifs, grâce à des infrastructures adaptées et diversifiées mais aussi un système de formation et d’accompagnement des plus jeunes, de qualité. Le partenariat et la confiance avec les acteurs économiques locaux sont essentiels pour la réussite de ces projets sportifs.
Pour les socialistes, le sport est un vecteur d’insertion, d’émancipation, de mixité, le haut niveau et les élus ne devraient jamais oublier ces objectifs. Le haut niveau devant toujours être au service du plus grand nombre. Le haut niveau ne devant jamais être au service de quelques-uns, toujours les mêmes. Force est de constater que depuis 5 ans ce n’est pas le cas.
Marc HUBERT ancien Président Orléans Basket
Baptiste CHAPUIS secrétaire Parti Socialiste d’Orléans

CASUFFIT (1)

Article La Rep

Lettre ouverte aux députés d’Orléans pour soutenir le référendum d’initiative partagée pour le rétablissement de l’ISF

Depuis plusieurs semaines la France, vit dans un climat de contestation sociale et politique notamment avec la mobilisation des « Gilets Jaunes ». La demande de justice sociale est forte, agrégée à un climat de défiance envers nos institutions.

Face à ça, une initiative nationale est lancée afin de rétablir l’Impôt de Solidarité sur la Fortune.

Nous lançons aujourd’hui un appel solennel aux députés d’Orléans, Caroline JANVIER, Stéphanie RIST et Richard RAMOS  pour qu’ils soutiennent cette initiative et signent la proposition de loi visant à soumettre le rétablissement de l’ISF à référendum.  Les socialistes d’Orléans ont écrit un courrier transmis ce jour à ces 3 députés d’Orléans.

La procédure du référendum d’initiative partagée est prévue à l’article 11 de la Constitution, afin de contraindre le Gouvernement à prendre en considération les aspirations à la justice fiscale des Français et des Françaises. Cette procédure, pour être valable, doit réunir les signatures de 185 députés et sénateurs, nous attendons que les députés d’Orléans y participent activement.

Pour poursuivre cette procédure, nous devrons ensuite recueillir 4,7 millions de parrainages citoyens. (soit 1/10e du corps électoral). C’est le seul outil constitutionnel dont disposent aujourd’hui les citoyens français pour contraindre le Président de la République et le Gouvernement à remettre en place l’ISF.

Les socialistes d’Orléans tiennent à rappeler que : 

    – Le rétablissement d’un Impôt de Solidarité sur la Fortune est une exigence démocratique. Dans les cahiers de doléances initiés par le mouvement des “gilets jaunes”, de nombreux citoyens ont demandé le rétablissement de l’ISF. D’après un sondage IFOP des 11 et 12 décembre 2018, 70% des Français se disent favorables à cette mesure.

– Le rétablissement d’un Impôt de Solidarité sur la Fortune est une exigence républicaine. Les fondements de notre démocratie ont consacré dans la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 la nécessité d’une contribution publique, d’un impôt que chacun paierait pour l’intérêt de la communauté. Cette « justice fiscale » a permis et permet encore le consentement à l’impôt des Françaises et des Français. Ce consentement est la pierre angulaire de notre cohésion nationale.

– Le rétablissement d’un Impôt de Solidarité sur la Fortune est, enfin et surtout une exigence sociale. La suppression de l’ISF, imposée en 2018 par le Président de la République et sa majorité, a fragilisé le consentement à l’impôt comme le révèle le mouvement des “gilets jaunes”. De nombreux citoyens ressentent, à raison, une injustice. Le Gouvernement leur demande des efforts – baisse des APL (allocations personnalisées au logement), hausse de la CSG (contribution sociale généralisée) pour 5 millions de retraités, … – alors que dans le même temps il accorde 3,2 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux 1% des Français les plus aisés.

 « L’état d’urgence économique et social » décrété par le Président de la République dans son discours aux Françaises et Français du 10 décembre 2018 ne pourra connaître une issue positive que si nos concitoyens retrouvent un sentiment de justice fiscale.

Communique des socialistes d’Orléans

Olivier Carré en campagne mais, toujours, sans idée

Olivier CARRE est candidat pour les élections municipales de 2020. Voilà au moins une information qui ressort de son activité médiatique des derniers jours. Pour le reste, le plus important, sa vision d’Orléans, ses projets et ses idées, il faudra repasser, pas un mot de sa part.

Pas un mot non plus sur son action actuelle, normalement au service des Orléanais. Si les journalistes ne précisaient pas avant les interviews qu’il est le Maire en place, on pourrait l’oublier.

Pas un mot donc sur le retard du pharaonique projet d’équipement COMET ; pas un mot sur les dégradations des conditions de travail des salariés de TAO ; pas un mot encore pour les agents des bibliothèques orléanaises, dont pour la Médiathèque 25 postes ont été supprimés ces dernières années.

Son seul message politique a finalement été d’expliquer que les questions écologiques ne l’intéressaient pas beaucoup. Curieux signal au moment où le succès de la marche pour le climat à Orléans montre l’inquiétude croissante de nos concitoyens sur ce sujet.

Aucune réponse aux interrogations des Orléanais donc, mais seulement un plan de communication pour lancer sa campagne personnelle. Nous attendions plutôt qu’il lance enfin son mandat de Maire, il n’est jamais trop tard…

Pour les socialistes d’Orléans, 

Baptiste CHAPUIS, Secrétaire de la section d’Orléans

Ne laissons pas passer la haine :

Un rassemblement politique, sous couvert d’un spectacle, du sulfureux Dieudonné est prévu ce dimanche 17 juin  en plein air sur Orléans (ou à proximité) .

A l’image de mon interpellation en 2014, je réitère mon interpellation à la municipalité d’Orléans mais également à l’ensemble des villes du Loiret, pour ne pas cautionner de tels propos et attitudes sans réagir vivement avec tous les outils dont elles disposent.

Je demande officiellement à la mairie d’Orléans, ou à la ville qui accueillera ce rassemblement,  de prendre un arrêté municipal d’interdiction sur la base d’un risque de troubles à l’ordre public.

Le risque juridique du rejet de cet arrêté est limité (Cf. recours de 2014), mais le risque politique est bien plus important. Il faut néanmoins souligner que Nous ne pouvons laisser se banaliser ce discours de haine et ses dérapages nauséabonds.

  1. Dieudonnéest un récidiviste de la haine. M. Dieudonné, aux amitiés douteuses (entre négationnistes, antisémites, et membres du FN), est un multi récidiviste, il tient régulièrement des propos racistes et antisémites sur scènes ou dans des vidéos publiés sur le net qui font régulièrement l’objet de procédures et de sanctions judiciaires.

J’interpelle également le public qui serait tenté d’y venir. Venir écouter Dieudonné, c’est assister à une manifestation d’extrême droite, de haine de l’autre et de remise en cause des valeurs de fraternité qui fondent notre république. Il ne s’agit pas d’un acte anodin.

J’espère très sincèrement qu’Olivier CARRE répondra favorablement à mon appel, comme l’a fait à son époque Serge Grouard. 

Si cet événement se délocalise en périphérie d’Orléans, au dernier moment, je souhaite que la municipalité d’accueil puisse réagir de la même manière.

Pour rappel, la liberté d’expression ne fait pas obstacle à ce que, à titre exceptionnel, le maire interdise une activité si une telle mesure est nécessaire pour prévenir un trouble à l’ordre public.

Pour rappel également, une circulaire ministérielle du 6 janvier 2014, précise le caractère inacceptable et soumis au Droit Pénal des propos tenus et répétés par M.DIEUDONNE. Il s’agit en effet de propos antisémites et infamants à l’égard de plusieurs personnalités et des atteintes virulentes et choquantes à la mémoire des victimes de la Shoah et ceux malgré de nombreuses condamnations.

Alors même que la consultation est en cours, les rythmes scolaires à Orléans ne font plus débat. La majorité municipale, représenté par M. Montillot, a annoncé la fin de la semaine des 5 matinées et l’abandon des activités périscolaires gratuites (TAP).

En effet, alors même que les conseils des écoles se réunissent en ce moment, (le mien était hier soir) M. Montillot dans une interview aux médias locaux à annoncer hier matin sa décision. La semaine de 4.5 jours, c’est fini. Circulez, il n’y a plus rien à voir, la récréation est terminée  !

à quoi bon consulter les parents et les enseignants lors des conseils d’école, si le choix est déjà effectué ? Pourquoi organiser un simulacre de vote dans tous les conseils d’école sur un projet déjà décidé ? Triste vision de la place des parents et des enseignants dans l’organisation scolaire.

Les explications de M. Montillot soutenu par M. Carré, pour ce choix sont comptables (« ça coûte cher ») , administratives, organisationnelles (difficultés à trouver des intervenants) mais jamais l’intérêt et le rythme de l’enfant n’est évoqué.

De nombreuses collectivités, on fait le choix d’une véritable concertation / consultation en soumettant réellement plusieurs scénarios aux parents et enseignants à l’image de la ville de Blois qui interroge également la réduction des vacances scolaires pour alléger la semaine et donne les arguments Pour ou Contre des 3 scénarios proposés ainsi que les incidences financières.  (http://www.blois.fr/2929-rythmes-scolaires2018.htm) .

A Orléans, au delà de cette méprisante consultation, le cynisme pousse la municipalité à rendre les activités payantes (près de 200 euros à l’année)  et concentrées le mercredi matin en parallèle du centre de loisirs où les places restent toujours trop peu nombreuses.

De part cette décision unilatérale, la majorité municipale d’Orléans, ne respecte ni le rôle de la communauté éducative ni le rythme de l’enfant.

Orléans mérite mieux .