Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2007

L’opposition municipale à Orléans est sur le net depuis de nombreuses années, ils réagissent à l’actualité et aux projets locaux.

Pour retrouver les dernières informations, sur GEMALTO, la fiscalité, le milieu culturel, Scott Paper, la Rue des Carmes…

Orléans avec Vous 

Read Full Post »

Publié dans Libération

«  Le dévoiement de la loi « 

Read Full Post »

Article publié par Le Monde 


L’hyperprésidentialisme est dans l’air du temps. Est-ce une raison pour qu’il devienne l’alpha et l’oméga de la gouvernance (autre terme désormais incontournable) des universités ?
Avec nombre de mes collègues socialistes, j’aurais souhaité pouvoir m’abstenir sur le projet de loi présenté par le Gouvernement, étant attaché à ce que nos universités disposent d’une plus forte autonomie, dès lors que les moyens seraient donnés pour éviter d’insupportables inégalités territoriales en matière d’enseignement supérieur.
Mais nous n’avons pas pu nous abstenir en raison – tout particulièrement – des dispositions inscrites dans le texte sur les modalités de recrutement des enseignants chercheurs, que le gouvernement n’a pas voulu modifier sur l’essentiel, en dépit des nombreux amendements déposés de toute part en ce sens.
De quoi s’agit-il ?
Le projet de loi prévoit qu’un président d’université pourra recruter un enseignant chercheur contre l’avis de l’instance scientifique de l’université (commission de spécialistes transformée en  » comité de sélection « ) et sans qu’aucune instance scientifique nationale n’ait été appelée à donner un avis.
Autrement dit, si le texte était voté en l’état, le président pourrait recruter de sa propre autorité pour une durée indéterminée tout enseignant chercheur dans toute discipline.
Loin de moi l’idée d’exprimer une quelconque défiance à l’égard des présidents d’université. J’observe d’ailleurs que la ministre Valérie PÉCRESSE n’a cessé de se féliciter de la qualité du dialogue noué avec ces présidents, pourtant élus par un collège électoral large et très représentatif qu’elle veut aujourd’hui vouer aux gémonies ! Ce ne sont pas les présidents qui sont en cause, c’est le système qu’on veut mettre en place.
Les procédures actuelles de  » recrutement par les pairs  » ne sont certes pas sans défaut, et rien n’empêche de les améliorer.
Mais invoquer leurs défauts pour instaurer une décision discrétionnaire du seul président, c’est rompre avec un principe très ancien et qui est constitutif de la notion même d’université, qui procède – est-il besoin de le rappeler ! – de l’ordre du savoir, de la connaissance et de la science.

 

On nous dit que ce pouvoir discrétionnaire ne s’appliquera que peu. Mais la loi est la loi. Elle fonde un droit. Et s’il ne s’agissait que de pouvoir saisir les  » étoiles filantes mondiales de l’excellence scientifique  » que nos procédures rebuteraient, pourquoi tant d’insistance de la part de la ministre à refuser toute modification de son texte sur ce point, jusqu’à demander une seconde délibération pour repousser un amendement d’un élu de l’UMP, pourtant adopté par le Sénat, stipulant que l’avis de l’instance scientifique compétente devrait être  » avis conforme  » ?
Ne nous trompons pas. Il s’agit là d’une question majeure. C’est une certaine idée de l’université qui est en cause dans cette unique disposition qu’aucun discours sur la  » gouvernance  » ne justifiera. C’est un engagement fondamental qui voit une conception du management l’emporter sur les critères scientifiques et pédagogiques. Le débat à l’Assemblée Nationale permettra-t-il d’éviter la dérive si lourde de conséquences que porte en germe un alinéa apparemment anodin du projet de loi ?

Read Full Post »

Roi de la provoc’, Yves Leterme est-il allé un peu trop loin? Le dirigeant du parti chrétien-démocrate flamand (CDV) chargé de former le gouvernement belge, qui a confondu volontairement ou non l’hymne national «La Brabançonne» avec «La Marseillaise».

«Leterme chante faux»

Interrogé samedi par la chaîne de télévision publique de langue française RTBF sur ce que commémorait la fête nationale belge célébrée le jour même, Yves Leterme a répondu: «la proclamation de la constitution». La bonne réponse aurait dû être la prestation de serment de Léopold Ier comme roi des Belges le 21 juillet 1831. Mais 80% des Belges, et beaucoup d’hommes politiques, ne le savent pas non plus, selon un sondage.

L’affaire s’est corsée cependant lorsque la RTBF lui a ensuite demandé d’entonner l’hymne belge, et que Yves Leterme, a commencé avec «Allons enfants de la patrie», l’air révolutionnaire français.

«Leterme chante faux» titre le quotidien francophone Le Soir, tandis que le populaire La Dernière Heure affirme «Leterme: Trop c’est trop», et publie un sondage selon lequel l’homme fort de la Flandre et ses alliés du petit parti indépendantiste flamand de la NVA «inquiètent les francophones».

«Ce n’était pas une blague belge»

Dans un commentaire, Le Soir estime que «ce n’était pas une blague belge», mais «on pourrait craindre que ce soit un message subliminal aux francophones».

Réactions à la gaffe d’Yves Leterme sur l’hymne national
envoyé par gumaes


Côté flamand, le grand journal de référence, De Standaard, qui parle de «bourde» et le plus fort tirage du pays, le populaire Het Laatste Nieuws, en font également leurs grands titres.

«Qui me cherche le paiera tôt ou tard».

Par la suite, devant l’insistance des médias francophones à revenir sur le sujet, Yves Leterme a lâché avec énervement ce week-end: «J’ai autre chose à faire que ces foutaises. Je crois qu’ils me cherchent. Qui me cherche le paiera tôt ou tard».

Pas de quoi arranger l’image d’Yves Leterme, qui avait déjà déclaré dans «Libération» que «la Belgique n’est pas une valeur en soi» et que les francophones belges ne semblaient «pas en état intellectuel» d’apprendre le flamand.

Après les élections du 10 juin où son parti le CDV, associé au petit parti indépendantiste de la NVA, a remporté 30 des 150 sièges de la Chambre des représentants, Yves Leterme a été chargé le 15 juillet par le roi Albert II de former le gouvernement.

Pour mémoire, la Brabançonne ressemble plutôt à cela:

Read Full Post »

Vous avez été nombreux par post ou par mail à participer aux jeux concours les 7 merveilles d’Orléans et les 7 horreurs d’Orléans. Le résultat sera publié en milieu de semaine prochaine. ( le tourne pouces est en action ces temps-ci)

Read Full Post »

tourne-pouce-horza.jpgfiche-tourne-pouce.jpgtourne pouce interdit Sarko

Même en vacances Place de la République se tourne les pouces (dans le Jura) , tant que c’est encore autorisé…

Read Full Post »

Jack Lang n’aurait pas mené son «combat» pour «réformer les institutions» auprès de Pierre Mendès France (PMF), contrairement à ce que l’ancien ministre a déclaré sur TF1 lundi soir. C’est Tristan Mendès France, petit fils de «PMF» qui l’affirme sur son blog.

 

« C’est un combat ancien que je mène pour réformer nos institutions. Je dirai même que c’est l’un des combats de ma vie, que j’ai mené auprès de Pierre Mendès-France, auprès de François Mitterrand, de Lionel Jospin”   (jack lang)

 

«J’ai fait une rapide recherche dans nos archives familiales, interrogé quelques anciens proches de PMF, notamment mon père et nulle part, le nom de Jack Lang apparaît, explique le petit-fils de l’ancien président du Conseil. Sur les questions institutionnelles, PMF savait effectivement s’entourer et avait des personnes qualifiées qui travaillaient “auprès” de lui. Mais pas Jack Lang. Le terme “auprès de” ne me semble pas convenir. Que Jack Lang ait suivi PMF dans ses réflexions, qu’il s’en soit inspiré dans sa vie politique, soit. Mais qu’il ait combattu “auprès de PMF” me semble une tournure excessive.»

Read Full Post »

Older Posts »