Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Sortir à Orléans’ Category

La rumeur d’Orléans n’est pas un groupe de musique ou une énième campagne de communication coûteuse de la mairie mais un fait sociologique étonnant. Cette rumeur a été largement étudiée, elle a entre autre servi à comprendre la rumeur sur net…

La rumeur d’Orléans est le nom donné à une affaire à la fois judiciaire, médiatique et politique que retrace un ouvrage de commande, devenu célèbre .

La « rumeur d’Orléans » laissait entendre que les cabines d’essayage de plusieurs magasins de lingerie féminine d’Orléans, tenus par des juifs, étaient en fait des pièges pour les clientes, qui y aurait été endormies avec des seringues hypodermiques et enlevées pour être livrées à un réseau de prostitution(Cf. traite des Blanches) par les nombreux souterrains présents sous Orléans. Elle prit parfois un tour « canularesque » lorsqu’on prétendit que des clientes disparues étaient prises en charge par un sous-marin remontant la Loire. Cette version n’a été rapportée que par un seul témoin, mais recopiée dans presque toutes les études sur le sujet.

Aucun démenti, même officiel (signalant par exemple qu’aucune disparition suspecte n’a été répertoriée dans les environs par les services de police), n’a jamais réussi à mettre fin à la rumeur, les démentis alimentant la rumeur, qui a finalement cessé d’intéresser les médias, sans autre intervention que le temps et l’oubli.

Le rôle des médias dans la naissance et la diffusion de la « rumeur d’Orléans » est important : ainsi que le rapporte Edgar Morin, le « scénario » avait été publié un an auparavant dans un livre de poche (aux Presses de la cité), puis dans l’ouvrage d’un journaliste anglais (chez Albin Michel), puis enfin dans un magazine disparu depuis (Noir et blanc).

Tout bon orléanais dois avoir lu au moins une fois cet ouvrage… 😉

Enfin, la rumeur dite d’Orléans n’a pas circulé que dans cette ville. Ainsi que le retrace Pascal Froissart dans La rumeur. Histoire et fantasmes, elle a connu une très large diffusion : de 1959 à 1969, à Paris, Toulouse, Tours, Limoges, Douai, Rouen, Lille, Valenciennes ; en 1966 à Dinan et Laval ; en 1968 au Mans ; en 1969 à Orléans, Poitiers, Châtellerault, et Grenoble ; en 1970 à Amiens ; en 1971 à Strasbourg ; en 1974 à Chalon-sur-Saône ; en 1985 à Dijon et La Roche-sur-Yon ; en 1987, à Québec ; et en 1990, à Rome et à Montréal ; en 1992 en Corée… Aujourd’hui encore elle circule et ressurgit de temps à autre sur le Net, sous des versions toujours plus surprenantes

Le processus de diffusion de la rumeur on line est similaire. Celle-ci démarre souvent dans un forum de discussion. Rarement d’une personne isolée à une autre. Mais plutôt dans un groupe social bien déterminé, très intégré et comme coupé de la société plus large : les universités, les entreprises, etc. La rumeur part d’un groupe restreint. Pas d’un leader d’opinion défini à l’intérieur de celui-ci. Au départ la rumeur peut être une histoire anodine, diffusée en interne, essayée, améliorée, avant d’être diffusée plus largement vers l’extérieur.

En étudiant les rumeurs circulant par e-mails, on peut lire la liste des destinataires successifs du message. Et en observant leurs adresses, on constate que souvent, les premiers destinataires appartiennent par exemple à la même entreprise. Idem pour le groupe de destinataires suivant ; ensuite, les adresses deviennent plus disparates. De là on peut postuler que le premier groupe de destinataires est le groupe-source.

La rumeur circule donc d’abord en vase clos, avant de sortir sous une forme présentable, pour toucher un plus grand nombre de personnes. En fonction de sa crédibilité et de sa pertinence (en fait, du gain symbolique que son diffuseur reçoit), elle est reprise dans les emails entre particuliers. Qui ont l’impression d’avoir trouvé la perle rare et de faire, du coup, du prosélytisme sur un sujet important. Puis éventuellement, la rumeur contamine les sites Web?

(Source wikipedia, le livre d’Edgar Morin et celui de Heiderich )

Read Full Post »

La RdB 4 est un bon cru. Une ambiance détendue, des discussions à bâton rompus, des nouveaux qui s’intègrent vites, une soirée qui finit tard…

Etaient présents:

Fabien, Karl, lucie, lucien, jéjé, greg du lac des signes, johann, gabrielle, jacky, et jean paul de la gazette, pascal martineau, kathryne, jean du modem, espritlibre45 (commentateur de folie), fansolo (avec un peu de retard), calamity jane et moi, Pierre de la Tribune d’Orléans (nouvel arrivant sur Orléans), Olivier

L’arrivée de chacun s’est échelonnée jusqu’à 21h30 avec l’arrivée remarquée de Fansolo. Après de longs échanges « virtuels » parfois assez virulent entre espritlibre45 et calamity, on attendait une rencontre « physique » qui devait être électrique… quelle surprise de voir qu’il se connaissait ! Les joies d’Internet…

Les échanges ont tourné autour de la place du Modem et le choix particulier à Orléans et dans le département, la candidature de Hugues Saury à Olivet face à Yves Clément, la campagne sur le net et la stratégie de chaque candidat, les projets de création d’entreprises de Lucie et Kathryne, la rumeur d’Orléans (ok pour l’article, Fabien), les histoires de la ville… J’ai apprécié tout particulièrement échanger avec Lucie, Fabien, Karl, Olivier et Kathryne sur la création d’entreprise: réponse à une attente ou création de besoin ? Une idée innovante est-elle vraiment nouvelle ? J’ai découvert que les créateurs d’entreprise pouvait être philosophe, n’est-ce pas Lucie ? Et, j’apprécie tout particulièrement ton projet de sexy TV, un projet d’avenir sur Orléans…

Un bémol à cette soirée bien sympa, à part l’absence remarquée de CDG et Miguel (objet de nombreux posdcats): le lieu, l’Inex’ n’est pas un bar qui marquera positivement l’histoire des RdB. Un bar qui bénéficie d’un cadre privilégié, sur les quais de Loire. Mais les points positifs s’arrêtent là, un accueil désagréable et un service pas terrible, une salle aux murs qui transpirent la condensation… et « 17 minutes pour finir son dernier verre… » (dit avec un sourrir à ravir un mort)… On aurait dit un bar parisien !

1h du mat’ direction le Hendrix rue de Bourgogne, et là: accueil sympa, serveur (salut Fred… n’est ce pas Karl 😉 ) agréable, musique impeccable… et échanges passionnés et passionnants (les différents réseaux, l’avenir de Facebook, des podcast de folie…)

La RdB IV s’est terminé à 3h avec un retour aux voitures… Une seule idée en tête, à quand la RdB 5 ?

Qui a dit qu’Internet réduisait les relations directs entre les personnes ?

nb: J’adore les bars non fumeurs…

compte rendu de Fabien: http://www.fabienpretre.com/2008/01/rpublique-des-1.html

Read Full Post »

Je continue mon tour du Web 2.0 avec FaceBook. C’est un site web pour rassembler un réseau social au départ uniquement pour rassembler les étudiants de Harvard. Le projet s’est étendu, étendu, étendu… (mai 2007 ouverture à tous) On y retrouve il parait d’anciens amis, des collègues de bureau, des camardes de sport…

Bon, historique mis de côté, je me lance dans l’inscription. Comme twitter l’interface est tout en anglais. Ok j’arrête mon anglophobie…

Je m’inscris, reçois le mail de confirmation et c’est tout …bou… j’ai pas le droit à de la musique ? une vidéo d’explication ? Bon je continue, une fois validé, je découvre peu à peu. Il y a bien entendu mon profile que je peux mettre à jour mais aussi un nombre considérable de groupe auquel je peux appartenir. Il existe déjà un groupe de soutien à la candidature de Jean Pierre Sueur pour Orléans 2008. Je m’inscris peu à peu à de très nombreux groupes certains sérieux et d’autres complètement loufoque. A vous de les découvrir sur mon profil.

Je continue mon petit tour et là je découvre que bon nombre d’amis sont déjà inscrit. Je me perds un peu dans le nombre important de groupe et de profils visités. Je m’attarde sur les profils connus de personnalités politiques, culturelles…

Je me pose alors une question , cela ressemble étrangement à Copains d’avant. On s’y retrouve en grande partie. Lycée, école, université fréquentée, association, boulot… Tout y est, étonnant ? Mais il est vrai que Facebook est à la mode. Il faut l’avouer ce site est le site du moment où il faut être. Par exemple, tous les candidat(e)s aux municipales des grandes villes y ont leur profil et leur groupe, les acteurs, les présentateurs TV également.

En conclusion, on peut dire que ce site est une bonne idée pour retrouver des anciens amis et garder le contact, mais c’est surtout un énorme coup commercial. Grâce à ce site où l’on dévoile ses goûts et son parcours et indirectement son pouvoir d’achat, un fichier commercial bien détaillé peut être revendu à prix d’or. Sans compter l’apparition de publicité ciblée sur le site en lui même. Sacré Web 2.0…

nb: Désolé pour le titre, ça fait un peu Martine découvre Facebook…

Read Full Post »

Read Full Post »

 Le jour est arrivé, ce soir dès 19h30 face à la cathédrale les blogueurs de toute l’agglomération seront présents (excepté quelques tire aux flancs) .

Un moment qui est attendu depuis bien longtemps…

RDV à 19h30 avec son repas, ou à 20h30 juste pour boire un verre 

Read Full Post »

Après le très célèbre Orléans Passion de Jean François, voila Clic dans le Lac. Il s’agit d’un tout jeune blog de photos qui n’en contient pour le moment que peu mais qui est voué (je l’espère !) à se développer très vite. Je dirais juste à l’auteur de ce blog d’en mettre un peu plus car on reste sur sa faim après avoir visionné les quelques photos.

Read Full Post »

Un écran géant est mis en place aux côtés de la cathédrale d’Orléans pour la retransmission à 21h samedi 6 Octobre du match de Rugby opposant la France (en bleu) et la Nouvelle Zélande (en gris pour une fois). Venez nombreux soutenir les français qui en auront bien besoin…

Dès demain des photos de la soirée seront mises en ligne. A ce soir…

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »