Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘actualité’ Category

Image associée

Journée mondiale de l’environnement (5 juin) : Pour devenir une ville pro-climat, Orléans doit devenir réellement durable.

 Une ville durable, c’est une ville qui place « l’humain au cœur de l’urbain. »

Une ville durable, c’est celle qui ne choisit pas entre ambition sociale, développement économique et action pour le climat convaincue que la richesse de demain ne se bâtira plus au détriment de notre qualité de vie.

Une ville durable ne peut pas laisser à la génération qui vient un territoire de vie encore plus dégradé que celui dans lequel nous vivons actuellement.

Une ville durable sait utiliser le numérique non comme un gadget mais comme un outil au service d’un intérêt vraiment général

Cela passe notamment par

  • Faire d’Orléans, un territoire Zéro Carbone
  • La végétalisation des espaces publics, des toitures et des façades afin de faire baisser les températures
  •  Repenser tous les modes de déplacement en laissant une plus grande place à la pratique du vélo, dans un réseau cohérent
  • La sensibilisation des enfants dans les écoles mais aussi de l’ensembles des orléanais.es aux produits bios et à l’économie circulaire.
  • La création d’une ferme pédagogique sur le site de l’Ile Charlemagne
  •  Repenser l’éclairage public  de manière plus économe
  • Un Grand plan de rénovation énergétique des bâtiments publics notamment des gymnases (isolation, éclairage, consommation d’eau…)
  • Intensifier le déploiement de dispositifs naturels de réduction des déchets

Jérôme BORNET, Baptiste CHAPUIS, Pour les socialistes d’Orléans 

Read Full Post »

Après les élections européennes, nous appelons à l’unité de la gauche.

Après le séisme électoral de 2017, la première élection du quinquennat a surpris les observateurs et acteurs politiques avec un sursaut de participation pour une élection européenne. Partout en Europe, des citoyennes et des citoyens se sont déplacés et ont rompu avec la tendance jusque-là irréversible de l’abstention.

Les Orléanais.es n’ont pas fait exception. La participation est meilleure qu’en 2014 et doit être saluée.

Désormais, les résultats nous engagent.

Pour la gauche, une lecture de ces résultats ne peut être balayée : la dispersion a empêché la victoire des idées humanistes, sociales et écologiques. Chacun dans son parti pourra se satisfaire de son propre résultat. Mais les vrais changements de politique n’interviendront que lorsqu’ensemble nous gagnerons.

Le temps de l’unité à gauche est arrivé.

Nous appelons l’ensemble des organisations politiques de gauche, de progressisme social et écologique, les citoyens et les citoyennes engagés, les jeunes qui se mobilisent pour le climat ou dans le tissu associatif, à se rassembler et construire une alternative à la droite orléanaise, qui s’assume ou qui avance masquée.

Beaucoup reste à construire à Orléans : pour améliorer les transports et libérer notre ville du tout voiture ; pour remettre la transparence, la déontologie et la participation citoyenne au cœur de l’action municipale ; pour augmenter le pouvoir d’achat des familles grâce à une meilleure tarification sociale ; pour faire respirer Orléans avec de nouveaux espaces verts et ainsi contribuer à la protection du climat…

 Jérôme BORNET, Michèle BARDOT-CARTERON, Baptiste CHAPUIS

Pour les socialistes d’Orléans 

Read Full Post »

 

Read Full Post »

Read Full Post »

Dans « la politique ce n’est pas sale ! », pour parler Fake News, Florence Porcel et Baptiste Chapuis recevaient Sylvain Delouvée, Maître de conférence à l’université Rennes 2 ; Nicolas Gauvrit, psychologue et mathématicien spécialisé en science cognitive ; Maylis Lavau-Malfroy, candidate Nouvelle Donne aux élections européennes et George Pau-Langevin, Députée de Paris, ancienne ministre. Membre de la commission des Lois de l’Assemblée nationale.

Read Full Post »

Première émission sur la Chaîne Rose Combat TV sur le thème du Football en Europe. Un débat animé par Florence Porcel et Baptiste Chapuis, qui recevaient en direct sur leur plateau Richard Bouigue, 1er adjoint du 12ème arrondissement de Paris, Co-directeur de l’Observatoire du sport et société à la Fondation Jean-Jaurès ; Tiphaine Kerdranvat, militante de gauche ; Maylis Lavau-Malfroy, candidate Nouvelle Donne aux élections européennes et Corinne Narassiguin, secrétaire nationale du PS. Accompagnés de Pierre Rondeau, économiste du sport, professeur à la Sports Management School, codirecteur de l’Observatoire Sport et Société de la Fondation Jean Jaurès, chroniqueur éco sport pour le groupe RMC Sport et Eric Thomas, Président de l’Association du Football Amateur en France.

Pour visionner l’émission : https://www.youtube.com/watch?v=N9nFUyUFcjM 

Read Full Post »

 

Read Full Post »

Rejoignez Rose Combat TV sur :

Read Full Post »

Une chaîne vidéo de décryptage, d’analyse, de commentaire de meeting, de débat …

Ne ratez rien de l’actualité , rejoignez-nous également sur :

Read Full Post »

8mars

Parce que le 8 mars ce n’est pas la « journée de la femme » mais bien la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous défendons la place des orléanaises dans l’espace public.

L’égalité est un combat universel, nous pouvons dès aujourd’hui, agir concrètement et localement.

10 propositions concrètes des socialistes pour atteindre l’égalité réelle à Orléans

          Lutter contre le harcèlement et les violences faites aux femmes dans toute la ville :

1. Plan d’intervention et de sensibilisation dans les transports en commun, et dans la rue, qui s’adresse aux victimes, auteurs et témoins de situations. La mise en place de protocole d’alerte ;

2. Former les agentes et les agents de la ville (policiers et policières, personnel d’accueil, agent administratif, ATSEM…)

3. Développer et soutenir le dispositif d’accueil des femmes victimes de violence ;

– Lutter contre la reproduction des stéréotypes en milieu scolaire :

4. Proposer et soutenir des interventions en milieu scolaires par les acteurs associatifs pour lutter contre les stéréotypes de genre ;

5. Repenser le plan de rénovation des cours d’école afin de permettre à chacun et chacune de s’éveiller et partager l’espace.

– Faciliter l’accès au sport par les femmes :

6. Accompagner les clubs et associations dans la formations de tous leurs bénévoles et/ou salarié.e.s ; Ouvrir des créneaux des gymnases à tous et toutes pour une pratique plus conviviale, plus exclusivement réservé à la compétition.

7. Repenser la politique de subventionnement des clubs professionnels, pour revenir à un équilibre Femmes Hommes.

– Une collectivité exemplaire pour les agentes et les agents de la ville et métropole :

8. Identifier et Supprimer les écarts de rémunération qui existent en défaveur des agentes ;

9. Favoriser la parentalité de tous en portant notamment de 11 à 25 jours le congés parental du second parent (actuellement à 11 jours).

– Des femmes citoyennes et actrices :

10. Proposer une équipe exécutive paritaire à la ville qui portera des candidatures paritaires à la Métropole

Read Full Post »

Publié le 08/02/2019 à 19h33

Le Parti socialiste dévoile ses premières idées de campagne pour les élections municipales 2020 à Orléans

Les socialistes sont entrés en campagne. © Orléans AGENCE

Extension de la ligne A du tramway, transports gratuits pour les scolaires, zone zéro chômeur longue durée… Le parti socialiste orléanais a annoncé ses premiers thèmes de campagne pour les municipales de 2020.

Qui incarnera le programme des socialistes aux élections municipales de 2020 ? Le profil du chef de file n’est pas acté. Seule certitude : « Nous désignerons au dernier trimestre le premier des socialistes, celui qui sera le plus haut sur la liste, avance Baptiste Chapuis, secrétaire de la section d’Orléans. Mais cela ne signifie pas qu’il sera le candidat des socialistes aux municipales. »

Entre les mots de cette déclaration, un aveu : le Parti socialiste n’exclut pas une ouverture vers d’autres partis politiques.

En tout cas, il a déjà la tête aux échéances municipales puisqu’il a dévoilé, ce vendredi 8 février, ses premières idées soufflées par des Orléanais lors de différentes rencontres.

Les transports, la mobilité

Les transports, la mobilité constituent l’une des lignes directrices. L’attente est forte. « Nous voulons la gratuité des transports pour les scolaires. C’est une question d’équité puisque les déplacements assurés par le réseau Rémi, eux, ont été rendus gratuits par le conseil régional. Cela coûterait 3 millions d’euros par an« , estime Michèle Bardot, secrétaire de la section socialiste de La Source.

« Avec cette gratuité, les jeunes s’habitueraient à prendre les transports en commun », renchérit Baptiste Chapuis qui verrait bien, par ailleurs, une extension de la ligne A du tramway vers le quartier Blossières et Saran. « La bifurcation pourrait se faire à Coligny. » La création de 100 kilomètres de pistes cyclablespourrait également figurer sur la feuille de route socialiste.

Écologie

Du vert sur les idées du parti socialiste. Celui de l’écologie. « Nous voulons revégétaliser les espaces publics, les façades pour réduire la température pendant les fortes chaleurs », explique Baptiste Chapuis. « Pourquoi pas revoir, également, certains revêtements ». Par ailleurs, la construction de bâtiments basse consommation sera également une priorité.

Emploi

Les socialistes se mobiliseront pour l’emploi en intégrant sur tous les marchés publics des clauses sociales d’insertion, en privilégiant les petites entreprises locales. « La Métropole pourrait tenter de devenir une zone zéro chômeur de longue durée« , ambitionne Baptiste Chapuis.

Il portera, avec d’autres socialistes, ses idées sur les marchés dans les prochains jours. « Les Orléanais, même s’ils ne sont pas adhérents du PS, peuvent nous proposer des idées. On aura besoin de 55 noms sur la liste. » La campagne est lancée. Même sans chef de file officiellement désigné.

Read Full Post »

Qui sera sur la ligne de départ ? À un an des prochaines élections municipales, les ambitions s’aiguisent déjà à Orléans. À cette occasion, MagCentre propose un tour d’horizon des candidats au scrutin.  Nous poursuivons avec Baptiste Chapuis, secrétaire de la Fédération socialiste d’Orléans.

Où en est le Parti Socialiste dans sa mobilisation municipale ?

“Nous avons réalisé une tournée des quartiers et des associations. Nous allons continuer avec du porte à porte numérique et physique. Nous voulons rencontrer les Orléanais pour faire émerger des propositions : il y a de bonnes idées à prendre sur le terrain. Nous avons aussi lancé de premières idées : la gratuité des transports scolaires, des initiatives pour le pouvoir d’achat des ménages, le sport et l’attractivité économique. Le programme sera arrêté à l’automne mais il reflétera véritablement les besoins des Orléanais.”

“Il y a aujourd’hui pléthore de candidatures, où vous situez vous dans cette foire pré-électorale ?

“Nous appelons au rassemblement le plus large, nous rencontrons les autres mouvements politiques, des associations, les candidats éventuels comme Michel Ricoud pour le PC, Jean-Philippe Grand pour les Verts ou Philippe Rabier pour Citlab. Le PS veut jouer collectif. Jamais il ne s’est présenté seul à une municipale à Orléans. Cela dit attention il y a beaucoup d’intox, de bluff chez certains candidats qui veulent faire monter les enchères pour mieux s’affirmer et mieux marchander.  Nous ne sommes pas dans cette logique. Mais il y a évidemment de nombreux points de convergences avec d’autres initiatives locales. Ce sont les idées et le programme qui doivent primer, pas la tête d’affiche.”

 

N’y va-t-il pas une bataille d’égos entre candidats potentiels ?

“Peut-être. Mais si ma candidature est un frein au rassemblement je la retirerai. Je ne serai pas un obstacle. Je préfère être en position 2, 4 ou 6 si cela peut faire avancer l’unité et le rassemblement. Dans tous les cas je serai un point de ralliement et de convergence.”

La gauche a-t-elle ses chances à Orléans ?

“Évidemment ! Olivier Carré est usé. C’est la fin d’un cycle de 20 ans durant lequel de mauvaises habitudes ont été prises. Il y a un essoufflement évident. Nous ferons campagne pour plus de transparence et de déontologie, pour abandonner certaines pratiques opaques. Qu’a-t-on à cacher à la mairie ? Avec la crise des gilets jaunes nous avons un devoir d’exemplarité encore plus fort qu’avant !”

Propos recueillis par J.-J.T.

Read Full Post »

Quelques jours après l’annonce du transfert des « Panthères de Fleury » (Fleury Handball Loiret) sous pavillon métropolitain, le soutien financier historique du club se retire à la fin de la saison (Jp Gonthier). Avec le départ de cet acteur économique majeur, c’est un engagement sans faille pour le sport féminin mais aussi 40% des apports financiers du club qui vont disparaître.
Suite au transfert du club, les amateurs de sports s’attendaient à une valorisation, une nouvelle étape, une réelle ambition, mais non il ne s’agit au final que d’un simple montage financier sans réelle volonté de développement, un simple désengagement de la ville de Fleury au profit de la métropole. Le projet et la mobilisation des élu.es ne sont pas à la hauteur de l’équipe la plus titrée de la métropole. La situation se répète à nouveau aujourd’hui avec le Saran Loiret Handball et l’un de ses principaux sponsors. (LSDH)
A travers ces situations, les socialistes d’Orléans s’interrogent sur la stratégie sportive de la ville d’Orléans portée notamment par son adjoint ainsi que sa traduction métropolitaine aujourd’hui et pour demain.
Les quelques exemples récents :
Orléans Loiret Basket vient de perdre une nouvelle fois une affaire emblématique aux prud’hommes conséquence du caprice d’un élu. Après la procédure concernant l’ancien entraîneur, c’est maintenant plus de 300 000 euros gaspillés dans des procédures qui aurait pu être évitées.
– L’USO, qui malgré une bonne santé sportive que l’on salue, est menacée par des affaires économiques et judiciaires qui ne permet pas de créer un contexte de sérénité nécessaire à son bon développement. et cela sans évoquer l’absence de vision à long terme concernant les infrastructures.
Le CFA du Sport dont le montage financier autour d’un important projet immobilier est flou et dont la stratégie ne semble pas anticiper l’impact des évolutions législatives récentes.
L’absence de transparence et de stratégie à long terme, les dérives de certains élus, ne permettent pas de construire durablement des clubs de haut niveau. Clubs participants à la mise en place d’un écosystème favorable pour l’ensemble des acteurs associatifs, grâce à des infrastructures adaptées et diversifiées mais aussi un système de formation et d’accompagnement des plus jeunes, de qualité. Le partenariat et la confiance avec les acteurs économiques locaux sont essentiels pour la réussite de ces projets sportifs.
Pour les socialistes, le sport est un vecteur d’insertion, d’émancipation, de mixité, le haut niveau et les élus ne devraient jamais oublier ces objectifs. Le haut niveau devant toujours être au service du plus grand nombre. Le haut niveau ne devant jamais être au service de quelques-uns, toujours les mêmes. Force est de constater que depuis 5 ans ce n’est pas le cas.
Marc HUBERT ancien Président Orléans Basket
Baptiste CHAPUIS secrétaire Parti Socialiste d’Orléans

Read Full Post »

Read Full Post »

CASUFFIT (1)

Read Full Post »

Article La Rep

Read Full Post »

Lettre ouverte aux députés d’Orléans pour soutenir le référendum d’initiative partagée pour le rétablissement de l’ISF

Depuis plusieurs semaines la France, vit dans un climat de contestation sociale et politique notamment avec la mobilisation des « Gilets Jaunes ». La demande de justice sociale est forte, agrégée à un climat de défiance envers nos institutions.

Face à ça, une initiative nationale est lancée afin de rétablir l’Impôt de Solidarité sur la Fortune.

Nous lançons aujourd’hui un appel solennel aux députés d’Orléans, Caroline JANVIER, Stéphanie RIST et Richard RAMOS  pour qu’ils soutiennent cette initiative et signent la proposition de loi visant à soumettre le rétablissement de l’ISF à référendum.  Les socialistes d’Orléans ont écrit un courrier transmis ce jour à ces 3 députés d’Orléans.

La procédure du référendum d’initiative partagée est prévue à l’article 11 de la Constitution, afin de contraindre le Gouvernement à prendre en considération les aspirations à la justice fiscale des Français et des Françaises. Cette procédure, pour être valable, doit réunir les signatures de 185 députés et sénateurs, nous attendons que les députés d’Orléans y participent activement.

Pour poursuivre cette procédure, nous devrons ensuite recueillir 4,7 millions de parrainages citoyens. (soit 1/10e du corps électoral). C’est le seul outil constitutionnel dont disposent aujourd’hui les citoyens français pour contraindre le Président de la République et le Gouvernement à remettre en place l’ISF.

Les socialistes d’Orléans tiennent à rappeler que : 

    – Le rétablissement d’un Impôt de Solidarité sur la Fortune est une exigence démocratique. Dans les cahiers de doléances initiés par le mouvement des “gilets jaunes”, de nombreux citoyens ont demandé le rétablissement de l’ISF. D’après un sondage IFOP des 11 et 12 décembre 2018, 70% des Français se disent favorables à cette mesure.

– Le rétablissement d’un Impôt de Solidarité sur la Fortune est une exigence républicaine. Les fondements de notre démocratie ont consacré dans la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 la nécessité d’une contribution publique, d’un impôt que chacun paierait pour l’intérêt de la communauté. Cette « justice fiscale » a permis et permet encore le consentement à l’impôt des Françaises et des Français. Ce consentement est la pierre angulaire de notre cohésion nationale.

– Le rétablissement d’un Impôt de Solidarité sur la Fortune est, enfin et surtout une exigence sociale. La suppression de l’ISF, imposée en 2018 par le Président de la République et sa majorité, a fragilisé le consentement à l’impôt comme le révèle le mouvement des “gilets jaunes”. De nombreux citoyens ressentent, à raison, une injustice. Le Gouvernement leur demande des efforts – baisse des APL (allocations personnalisées au logement), hausse de la CSG (contribution sociale généralisée) pour 5 millions de retraités, … – alors que dans le même temps il accorde 3,2 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux 1% des Français les plus aisés.

 « L’état d’urgence économique et social » décrété par le Président de la République dans son discours aux Françaises et Français du 10 décembre 2018 ne pourra connaître une issue positive que si nos concitoyens retrouvent un sentiment de justice fiscale.

Read Full Post »

Communique des socialistes d’Orléans

Olivier Carré en campagne mais, toujours, sans idée

Olivier CARRE est candidat pour les élections municipales de 2020. Voilà au moins une information qui ressort de son activité médiatique des derniers jours. Pour le reste, le plus important, sa vision d’Orléans, ses projets et ses idées, il faudra repasser, pas un mot de sa part.

Pas un mot non plus sur son action actuelle, normalement au service des Orléanais. Si les journalistes ne précisaient pas avant les interviews qu’il est le Maire en place, on pourrait l’oublier.

Pas un mot donc sur le retard du pharaonique projet d’équipement COMET ; pas un mot sur les dégradations des conditions de travail des salariés de TAO ; pas un mot encore pour les agents des bibliothèques orléanaises, dont pour la Médiathèque 25 postes ont été supprimés ces dernières années.

Son seul message politique a finalement été d’expliquer que les questions écologiques ne l’intéressaient pas beaucoup. Curieux signal au moment où le succès de la marche pour le climat à Orléans montre l’inquiétude croissante de nos concitoyens sur ce sujet.

Aucune réponse aux interrogations des Orléanais donc, mais seulement un plan de communication pour lancer sa campagne personnelle. Nous attendions plutôt qu’il lance enfin son mandat de Maire, il n’est jamais trop tard…

Pour les socialistes d’Orléans, 

Baptiste CHAPUIS, Secrétaire de la section d’Orléans

Read Full Post »

Ne laissons pas passer la haine :

Un rassemblement politique, sous couvert d’un spectacle, du sulfureux Dieudonné est prévu ce dimanche 17 juin  en plein air sur Orléans (ou à proximité) .

A l’image de mon interpellation en 2014, je réitère mon interpellation à la municipalité d’Orléans mais également à l’ensemble des villes du Loiret, pour ne pas cautionner de tels propos et attitudes sans réagir vivement avec tous les outils dont elles disposent.

Je demande officiellement à la mairie d’Orléans, ou à la ville qui accueillera ce rassemblement,  de prendre un arrêté municipal d’interdiction sur la base d’un risque de troubles à l’ordre public.

Le risque juridique du rejet de cet arrêté est limité (Cf. recours de 2014), mais le risque politique est bien plus important. Il faut néanmoins souligner que Nous ne pouvons laisser se banaliser ce discours de haine et ses dérapages nauséabonds.

  1. Dieudonnéest un récidiviste de la haine. M. Dieudonné, aux amitiés douteuses (entre négationnistes, antisémites, et membres du FN), est un multi récidiviste, il tient régulièrement des propos racistes et antisémites sur scènes ou dans des vidéos publiés sur le net qui font régulièrement l’objet de procédures et de sanctions judiciaires.

J’interpelle également le public qui serait tenté d’y venir. Venir écouter Dieudonné, c’est assister à une manifestation d’extrême droite, de haine de l’autre et de remise en cause des valeurs de fraternité qui fondent notre république. Il ne s’agit pas d’un acte anodin.

J’espère très sincèrement qu’Olivier CARRE répondra favorablement à mon appel, comme l’a fait à son époque Serge Grouard. 

Si cet événement se délocalise en périphérie d’Orléans, au dernier moment, je souhaite que la municipalité d’accueil puisse réagir de la même manière.

Pour rappel, la liberté d’expression ne fait pas obstacle à ce que, à titre exceptionnel, le maire interdise une activité si une telle mesure est nécessaire pour prévenir un trouble à l’ordre public.

Pour rappel également, une circulaire ministérielle du 6 janvier 2014, précise le caractère inacceptable et soumis au Droit Pénal des propos tenus et répétés par M.DIEUDONNE. Il s’agit en effet de propos antisémites et infamants à l’égard de plusieurs personnalités et des atteintes virulentes et choquantes à la mémoire des victimes de la Shoah et ceux malgré de nombreuses condamnations.

Read Full Post »

Alors même que la consultation est en cours, les rythmes scolaires à Orléans ne font plus débat. La majorité municipale, représenté par M. Montillot, a annoncé la fin de la semaine des 5 matinées et l’abandon des activités périscolaires gratuites (TAP).

En effet, alors même que les conseils des écoles se réunissent en ce moment, (le mien était hier soir) M. Montillot dans une interview aux médias locaux à annoncer hier matin sa décision. La semaine de 4.5 jours, c’est fini. Circulez, il n’y a plus rien à voir, la récréation est terminée  !

à quoi bon consulter les parents et les enseignants lors des conseils d’école, si le choix est déjà effectué ? Pourquoi organiser un simulacre de vote dans tous les conseils d’école sur un projet déjà décidé ? Triste vision de la place des parents et des enseignants dans l’organisation scolaire.

Les explications de M. Montillot soutenu par M. Carré, pour ce choix sont comptables (« ça coûte cher ») , administratives, organisationnelles (difficultés à trouver des intervenants) mais jamais l’intérêt et le rythme de l’enfant n’est évoqué.

De nombreuses collectivités, on fait le choix d’une véritable concertation / consultation en soumettant réellement plusieurs scénarios aux parents et enseignants à l’image de la ville de Blois qui interroge également la réduction des vacances scolaires pour alléger la semaine et donne les arguments Pour ou Contre des 3 scénarios proposés ainsi que les incidences financières.  (http://www.blois.fr/2929-rythmes-scolaires2018.htm) .

A Orléans, au delà de cette méprisante consultation, le cynisme pousse la municipalité à rendre les activités payantes (près de 200 euros à l’année)  et concentrées le mercredi matin en parallèle du centre de loisirs où les places restent toujours trop peu nombreuses.

De part cette décision unilatérale, la majorité municipale d’Orléans, ne respecte ni le rôle de la communauté éducative ni le rythme de l’enfant.

Orléans mérite mieux .

Read Full Post »

Inadmissible !

Femmes Victime de violences

Read Full Post »

attentionvelo3

Ce post est un coup de gueule d’un père excédé de la dangerosité du pont Georges V pour la circulation à vélo, un pont « royalement » accidentogène pour les cyclistes.

En 2009 déjà, au nom du groupe de l’opposition à Orléans, j’interpellais la municipalité sur l’enjeu du déplacement vélo.

« (…) Alors que l’idée de mise à disposition de vélos est saluée par tous, la municipalité ne s’est pas donnée les moyens de permettre aux vélos de circuler en Centre ville. Il suffit de voir la situation particulière sur le pont George V.  L’idée d’une passerelle vélos-piétons-rollers sur la Loire avait été défendue par tous. (…)

Ce projet annulé dès 2001 a été ressorti par Serge Grouard, près du pont Joffre, dans son programme électoral de 2008. Promesse vaine, ce projet est maintenant dans un placard. Les élus de l’opposition, dans leur rôle de propositions et de vigilance, souhaitent voir ce projet sortir du placard et ainsi permettre aux cyclistes du quotidien comme du dimanche de pouvoir traverser la Loire en toute sécurité. » (19 février 2009) 

Le sujet est redevenu d’actualité lors des élections municipales en 2014, une passerelle est apparue momentanément dans le cadre du projet Arena, pour retomber dans l’oubli ensuite. Le projet ressort régulièrement grâce à la République du Centre (en juillet 2015, juin 2016, janvier 2017) malgré les fréquents accrochages sur cette voie . Le sujet est remis dans l’actualité régulièrement grâce à la mobilisation citoyenne notamment dans le cadre des différents éditions des vélorutions . (Lien )

Comme de nombreux orléanais-es, j’ai toujours énormément d’appréhension quand je traverse le pont Georges V avec ou sans enfant à l’arrière de mon vélo. Est-ce normal dans notre ville d’avoir peur en prenant son vélo du fait d’un défaut d’aménagement de voirie ? Les solutions existent et ont été à de nombreuses reprises étudiées.

Qu’attend la municipalité pour sécuriser cet axe majeur de la circulation à vélo ? Combien faut-il encore d’accrochages pour une prise de conscience de la situation ?

Read Full Post »

Le 23 avril 2017, pour la seconde fois de notre histoire, le Front national est arrivé au second tour de l’élection présidentielle.

Les inquiétudes exprimées par les citoyennes et les citoyens pendant ses élections témoignent des difficultés et des clivages qui touchent notre pays. Le sentiment d’injustice et d’abandon ressentis par certaines et certains encouragent le chacun pour soi et la tentation de solutions autoritaires.

Pourtant, notre pays possède des raisons d’espérer, des énergies et des talents à mobiliser, pour peu qu’il soit inscrit dans une ambition collective de réel progrès social.

A l’inverse, il faut l’affirmer, le programme de Marine Le Pen est dangereux pour la France.

Au-delà de son programme économique IRRESPONSABLE, l’Histoire nous enseigne que l’exclusion, le rejet de l’autre, le repli de la France sur elle-même ou la fermeture des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de l’immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui ne peuvent conduire qu’à la division, à l’affrontement.

Parce que le Front national est un parti autoritaire, xénophobe et de régression sociale, il n’est pas un parti comme les autres, nous devons refuser sa banalisation. Nous devons appeler chaque électeurs et électrices à lui faire barrage et à voter massivement pour le candidat républicain Emmanuel Macron. Un vote sans illusion aucune mais avec la détermination d’un vote utile, nécessaire pour notre vivre ensemble.

Face à la menace que fait peser sur la France et l’Europe la présence de Marine Le Pen au second tour, chacun doit prendre ses responsabilités.

Citoyennes et citoyens, appelons au sursaut démocratique pour rejeter la vision réactionnaire et identitaire du Front national, mobilisons toutes celles et tous ceux qui sont attachés à notre république,  Défendons ensemble les valeurs de paix, de fraternité, de solidarité.

Le FN ne passera pas par moi !

Le 7 mai, JE VOTE.

Read Full Post »

Pour suivre la campagne de Valérie CORRE,  députée du Loiret,  candidate sur  la sixième circonscription

valérie2

Read Full Post »

2960937Baptiste Chapuis, 34 ans, reste un militant PS actif, s’investit dans la campagne de Valérie Corre et n’a pas perdu son envie de faire valoir ses idées pour Orléans.

« Ils ont osé ! », avait twitté Baptiste Chapuis, à propos de l’arrêté anti-Halloween pris par la municipalité d’Orléans en octobre.

Baptiste Chapuis (PS) ne siège plus sur les bancs de l’opposition au conseil municipal, mais s’oppose toujours publiquement à la politique menée par la majorité actuelle. Sa formule : « Orléans mérite mieux ».

« J’ai pris du recul »

Âgé de 34 ans, l’Orléanais a été conseiller municipal de 2008 à 2014. Situé trop loin sur la liste, battue, de Corinne Leveleux-Teixeira (PS), il n’a pas été réélu.

En 2015, il est candidat – en binôme avec Estelle Touzin (EELV) –, aux élections départementales, pour prendre la suite de Micheline Prahecq (PS) sur le secteur Bourgogne, Argonne, Gare. Cette fois encore, le scrutin est perdu.

« Le contexte n’était pas très favorable et on partait de loin avec les municipales, observe-t-il. Mais on a progressé très fortement en nombre de voix dans le secteur, par rapport aux municipales. »

« C’était la première fois que j’étais candidat en mon nom propre, note encore Baptiste Chapuis. C’était vraiment très enrichissant. »

« J’ai Orléans dans le sang ! »

 Il n’empêche, la séquence électorale de 2014-2015 (avec les régionales qui se sont glissées au milieu) a été « intensive » et « éprouvante ».

« Depuis, j’ai pris du recul, confie-t-il. Je me suis reposé, j’ai beaucoup lu (des livres politiques, mais pas que, ndlr), j’ai passé du temps avec ma famille. »

Sur le plan professionnel, Baptiste Chapuis a également quitté le poste qu’il occupait au cabinet du conseil régional. Il travaille toujours à la région, mais en tant que « simple » chargé de mission (dans le domaine de l’aménagement numérique). « J’ai fait le choix de ne pas vivre de la politique. »

« Ne pas vivre de la politique » mais continuer à « s’engager ». L’Orléanais, adhérent socialiste depuis 1999, est resté actif au sein de son parti. « En tant que simple militant, je participe activement au fonctionnement de la section orléanaise. » Il y organise des rencontres, rédige des tracts, se penche sur l’organisation de la future primaire de la gauche, etc.

On le retrouve également dans l’équipe de campagne de Valérie Corre pour les législatives, sur la 6 e circonscription.

Les législatives, justement, il reste visiblement des places à prendre sur la 2 e et la 5 e circonscription. Serait-il intéressé ? « Moi, ce qui me fait vibrer, c’est Orléans », se contente-t-il de répondre.

Baptiste Chapuis, qui dit « suivre assidûment les débats au conseil municipal, en lisant les procès-verbaux », n’a pas perdu son envie de faire valoir ses idées pour Orléans. « Orléans, c’est ma ville, ça me passionne, j’ai Orléans dans le sang ! »

S’il se qualifie de « modeste ouvrier de la reconstruction du PS et de la gauche localement », clairement, Baptiste Chapuis « souhaiterait pouvoir porter ses idées au conseil municipal d’Orléans en 2020 ».

« Orléans mérite mieux » : un futur slogan de campagne ?

Marion Bonnet

Read Full Post »

Les militants socialistes Baptiste Chapuis et Yann Chaillou distribuent des tracts sur le marché à Orléans. © Radio France – Etienne Escuer

J-7 avant la primaire citoyenne, organisée par le PS et ses alliés. Dimanche prochain, les électeurs de gauche sont invités à choisir leur candidat à l’élection présidentielle.

Pas de Jean-Luc Mélenchon, d’Emmanuel Macron ni de Yannick Jadot, mais le choix entre 4 ex-ministres socialistes (Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Vincent Peillon) et trois candidats de partis affiliés au PS (François de Rugy, Silvia Pinel et Jean-Luc Bennahmias). Depuis l’officialisation des candidatures il y a un mois, les 7 participants doivent mener une campagne express.

Pour les militants de gauche, il faut désormais réussir à mobiliser les électeurs. Exemple sur le quai du roi, à Orléans. A l’entrée du marché, les socialistes tendent des tracts aux passants. Le but : leur rappeler les modalités de la primaire et surtout donner envie d’aller voter dimanche prochain. « En deux semaines, c’est compliqué ! », explique Philippe Rabier.

Les gens n’étaient pas encore dedans. Il y a eu les fêtes, la rentrée… Mais je pense qu’on aura une belle surprise. » – Philippe Rabier, militant socialiste

Pas question d’appeler à voter pour un candidat en particulier. La campagne est trop courte pour ça. « Une élection se fait surtout dans les deux dernières semaines, poursuit Philippe Rabier. Donc là, on est sur le terrain et on se mobilise tous. Et on est moins dans le côté partisan. »

Distribution de tracts sur le marché à Orléans. - Radio France
Distribution de tracts sur le marché à Orléans. © Radio France – Etienne Escuer

Pour cette primaire, il a aussi fallu trouver du monde pour tenir les 75 bureaux de vote loirétains. Baptiste Chapuis, militant PS et ancien conseiller municipal à Orléans, avait quelques doutes sur la motivation des sympathisants socialistes : « On s’était dit que ça allait être compliqué de les mobiliser ! Mais au final ils sont bien là. »

« On a même des gens qui nous appellent, qu’on ne connaît pas, et qui veulent nous aider à organiser la primaire. C’est assez stimulant, ça, quand on a 15 à 20 personnes qui viennent nous renforcer » – Baptiste Chapuis, militant socialiste

« La campagne est très courte !  » – Baptiste Chapuis, militant PS

Selon les militants, la mobilisation est même encore plus forte depuis le débat télévisé de jeudi. Un deuxième débat doit se tenir ce dimanche soir à 18h sur BFMTV, RMC et iTélé. Il y en aura même un troisième sur France 2 et Europe 1 jeudi à 20h55.

Read Full Post »

Comme de nombreux électeurs de cette primaire, j’ai pris le temps de lire et d’écouter chaque candidat. J’avais souhaité et appelé de mes vœux que cette primaire rassemble d’autres candidatures comme celle de Jean-luc Mélenchon ou d’Emmanuel Macron. Je regrette une nouvelle fois leur refus.

Le choix n’était pourtant pas naturel du fait notamment de l’absence de candidature de François Hollande. En tant que mandataire pour Martine Aubry lors de la primaire de 2011, j’attendais également de connaitre sa position dans cette campagne.

Face aux enjeux de cette élection, du risque de fragmentation de la gauche. Il est nécessaire de trouver un point d’équilibre qui permet de la rassembler. Soyons conscient que la gauche a pu décevoir ces dernières années, le bilan de François Hollande a malgré tout été insuffisamment soutenu. Je reste fier de cette gauche gouvernementale qui sut défendre le mariage pour tous, augmenter l’allocation Rentrée Scolaire, recruter près 60 000 enseignants supplémentaires, généraliser le 1/3 payant, instaurer la fin du cumul des mandats… Je salue une nouvelle fois la grande responsabilité de François Hollande lors de l’intervention au Mali ou lors des attentats. Ce quinquennat sera apprécié bien différemment dans quelques années.

Une primaire, c’est faire un choix. Mais soutenir officiellement un candidat est un exercice complexe, car il est difficile de se retrouver à 100% derrière l’ensemble des prises de position de celui-ci. Malgré tout, ma décision est un choix de conviction, un engagement d’homme de gauche, dans un contexte particulier.

Je répète ici que malgré mon choix, et comme en 2011 avec François Hollande alors que je militais pour Martine Aubry, je soutiendrais le ou la candidate qui sera désigné-e lors de cette primaire.

Face aux défis liés à la crise économie, sociale, environnementale et politique, les réponses doivent être claires, fortes et ambitieuse. La question de la pauvreté, du vivre ensemble (laïcité), de la lutte contre le chômage, de la prise en compte de l’urgence écologique, sont centrales. Le temps des compromissions ou des demi-mesures n’est plus. La France a besoin d’un projet clairement de transformation sociale et d’émancipation. Le candidat issu de cette primaire devra porter un projet de rassemblement et s’inscrire dans cette démarche. Il devra au lendemain de sa désignation aller discuter avec toutes les autres candidats de gauche afin de construire un pacte pour cette présidentielle. L’enjeu est la présence de la gauche au second tour. Le duel Fillon-Lepen n’est pas une fatalité. La primaire est la première étape de la construction d’une dynamique à gauche !

Une seule candidature est selon moi en capacité de relever ces défis. Il s’agit de Benoit HAMON.

J’ai pu, par le passé, avoir des divergences voir des oppositions avec lui. Mais, il incarne aujourd’hui  le renouvellement et le  rassemblement. Il porte dans un projet fédérateur, des propositions fortes pour les français-es (Revenu universel d’existence, reconnaissance du burn out, partage du temps de travail, droit universel à la formation tout au long de la vie, reconnaissance du vote blanc, interdiction des perturbateurs endocriniens, participation du citoyen…) Ce projet redonne du souffle à notre démocratie, de l’ambition à notre économie, du cœur à notre République.

Les 22 et 29 janvier, avec Benoit Hamon, faisons battre le cœur de la France. !

https://www.benoithamon2017.fr/

Read Full Post »

dsc_6254-620x409

Comment de jeunes militants du PS, comme l’Orléanais Baptiste Chapuis, 34 ans, traversent-ils ces zones de turbulences politiques qui secouent le pays et la gauche? Il fut conseiller municipal de 2008 à 2014 dans l’opposition avec Corinne Leveleux-Teixeira. En 2015, avec Estelle Touzin (EELV), il échouait à conserver aux élections départementales le siège de Micheline Prahecq.

Baptiste Chapuis, militant de toujours au sein de la Fédération, aura certainement un rôle dans les années à venir dans la refondation d’une gauche mal en point dans le Loiret. Nous l’avons interrogé sur les échéances en cours.

Interview

Baptiste Chapuis, comment avez-vous accueilli la candidature de Manuel Valls à la Présidentielle?

C’est une candidature légitime qui représente une partie de la gauche et qui pourra incarner le bilan de François Hollande. Pour ma part, aujourd’hui, je ne me reconnais pas dans cette candidature.

 La primaire de la gauche doit-elle être celle du PS ou rassembler tous les candidats ?

La primaire de la gauche, pour quelle soit utile et efficace, doit rassembler tout le monde, dans sa diversité, Mélenchon, Macron, Jadot, Pinel…Pour ma part je serais très heureux localement de pouvoir organiser cette primaire avec des camarades du Parti communiste, des Radicaux de gauche, des écolos. Les enjeux sont trop importants pour que l’on parte divisés au premier tour.

La décision de François Hollande de ne pas se représenter favorise-t-elle de telles primaires ouvertes à toute la gauche ?

La non candidature de François Hollande doit permettre le rassemblement. Cela devrait en faire réfléchir certains. J’ai envie de leur dire “soyez candidat dans un cadre démocratique, partagé, transparent. Venez les organiser avec nous et vous verrez qu’il n’y a pas de loup, que ce n’est pas flou”. On a encore le temps d’organiser les 22 et 29 janvier des primaires ouvertes à toute la gauche.

Si des candidats comme Macron et Mélenchon y vont en dehors de la primaire, la gauche ne sera pas au second tour ?

Les électeurs choisiront, mais si c’est le cas certains porteront une responsabilité. Nous essaierons de rassembler au maximum sur la candidature qui sortira de la primaire, quelle qu’elle soit. Nous avons une carte à jouer pour que la gauche soit au second tour et moi j’ai envie de la jouer à fond et d’essayer de convaincre comme Thomas Piketty, comme François Bonneau, et d’autres, de jouer le jeu au maximum. Venez dans le cadre de la primaire, il n’y a pas d’entourloupe vous aurez la capacité de vous exprimer, de débattre, vous serez dans la séquence médiatique qui va s’ouvrir.

Cette primaire ne risque-t-elle pas de tourner à la baston de la part des frondeurs, contre Manuel Valls en particulier?

Le primaire ne sera pas un référendum pour ou contre François Hollande. C’est déjà ça. Valls, Macron, Montebourg ont été ministres et seront comptables de l’action du gouvernement pour la part qui leur revient, et l’on pourra comparer projet contre projet.

Ceux qui n’ont pas été au gouvernement auront-ils un droit d’inventaire ?

On a vu que dans la primaire de la droite, Fillon est comptable d’un bilan mais cela ne l’empêche pas d’être considéré comme un homme neuf. Je ne suis pas un fan de Manuels Valls mais il devra, comme l’a dit Jean-Christophe Cambadélis, faire œuvre de rassemblement pour l’emporter.

Qui allez-vous soutenir, un candidat déjà en lice ou attendez-vous un autre candidat le messie… ?

Je ne suis pas un adepte de l’homme ou de la femme providentielle. Aujourd’hui sincèrement, je n’ai  pas de candidat, je ne suis pas convaincu. Autant en 2007 et en 2011 mon choix était très tranché, en 2007 pour Ségolène Royal, en 2011 j’ai soutenu fortement Martine Aubry, aujourd’hui j’attends de voir les propositions et les débats.

Le spectre est-il complet ou faut-il une autre candidature du PS, une synthèse entre Aubry et Hollande, on parle de Vincent Peillon, l’ancien ministre de l’Education… ?

Il est question aussi de Christiane Taubira qui pourrait apporter quelque chose dans cette primaire, de Yannick Jadot, de Jean-Luc Mélenchon, d’Emmanuel Macron, Sylvia Pinel, Marie-Noëlle Lienemnn… Vincent Peillon, pourquoi pas… ? Ségolène Royal aurait aussi une légitimité à se présenter.

Emmanuel Macron, vous pourriez le soutenir ?

Les personnes qui se disent ni de droite, ni de gauche je n’y ai jamais cru…En général ils sont de droite, au final.

Il a quand même fait partie du gouvernement…

Oui, mais aujourd’hui son positionnement m’interroge. Après, s’il rejoint la primaire cela lui permettrait de clarifier son positionnement. J’attends d’être convaincu, peut-être qu’au final je voterai pour lui. Je n’ai pas d’a priori contre lui. S’il vient à la primaire et s’il gagne, je ferai campagne pour lui.

Et Jean-Luc Mélenchon… ?

La question est de savoir pourquoi on se présente à l’élection présidentielle, si c’est pour exister ou pour gagner la présidentielle. Si Mélenchon gagne la primaire, je collerai des affiches Jean-Luc Mélenchon. Si l’on veut rassembler à gauche, il faut jouer le jeu de la primaire avant de jouer une carte personnelle.

Cela semble déjà plié pour la gauche…?

Rien n’est plié, Marine Le Pen au second tour, ce n’est pas une fatalité. A nous à gauche de  nous rassembler pour avoir au second tour un match classique. Cela permettrait d’avoir un débat sur les idées, et non un vote anti-Front national.

Deux circonscriptions aux législatives pour 2017 dans le Loiret n’ont pas encore de candidats du PS pour l’instant, la deux et la cinq, êtes-vous candidat? On parle pour vous de la deuxième, contre Serge Grouard, le sortant.

Il y a des candidatures pour ces deux circonscriptions, mais le processus est gelé en attente de décisions du national. En ce qui me concerne, malgré certaines sollicitations je ne serai pas candidat, ni sur l’une ni sur l’autre.

Les municipales : à Orléans, c’est un champ de ruine pour la gauche. Comment choisir le ou la candidate pour mener une liste en 2022?

Aujourd’hui nous sommes dans l’organisation de primaire ouverte pour la Présidentielle. Je pense que comme nous allons bien réussir ces primaires, cela ouvrira la porte pour une primaire ouverte avant les municipales. J’en avais défendu le principe en 2013, cela se serait passé différemment si on l’avait organisée. Ce n’est pas cela qui va sauver la gauche, mais c’est un outil pour être présent sur le terrain, diffuser nos idées, faire vivre le débat démocratique…Ce serait une première aux municipales à Orléans, cela s’est fait dans cinq ou six villes, et ces primaires ont connu, à Marseille au Havre, un engouement populaire. Cela ne s’est pas forcément traduit par des victoires mais l’électorat de gauche s’était mobilisé. A Orléans c’est une proposition que je referai d’ici quelques mois.

Et vous serez candidat en tête de liste ?

Pour l’instant la question ne se pose pas, je suis un ouvrier, un besogneux du rassemblement. J’essaye de faire en sorte de participer au bon fonctionnement du parti socialiste, que l’on ait de bons rapports avec nos partenaires, la question se posera plus tard. On oublie souvent qu’aux municipales, c’est une équipe de 55 noms, mobilisés, motivés, présents sur le territoire, la question du casting viendra après…

Read Full Post »

 

Très prochainement de nouveaux articles et réactions sur ce blog…

à bientôt…

Read Full Post »

Résultats 1er tour départementales 2015 Orléans 4

Résultats 1er tour départementales 2015 Orléans 4

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »