Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2010

Retrouvez l’ordre du jour du Conseil Municipal du 9 juillet 2010 :

Pour ceux qui ne souhaite pas lire, on y trouve:

  • les désignations en commission et CMA en remplacement de Liliane COUPEZ (aucune pour Nihad SOUAID) ,
  • le Rapport annuel de la SEMDO,
  • la célèbre inefficace ZAC des Halles,
  • les travaux (service minimum) sur le parking du Centre Commercial Marie Stuart,
  • la énième vente d’une partie du patrimoine municipale,
  • le nouveau parking en centre ville sur les mails Jaurès (cohérence avec le Tram ??) ,
  • la conséquente subvention à l’Entente Orléanaise,
  • le Festival de Loire,
  • le patrimoine classé de la ville (où l’on abordera peut-être la question de la Cathédrale ou encore de Lamotte Sanguin ??)

Les sujets sont nombreux, les débats n’en seront pas moins intéressants…

Read Full Post »

Read Full Post »

Depuis 2003 et le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, la dette publique ne cesse de se creuser. Un nouveau palier a été franchi en 2007 avec l’élection de Nicolas Sarkozy et la mise en œuvre de nouvelles mesures fiscales, injustes et très coûteuses.

La politique fiscale et budgétaire menée par la droite porte une responsabilité écrasante dans l’explosion de la dette, qui avait commencé bien avant la crise de 2008. En réduisant les recettes publiques dans des proportions alarmantes, en étant incapables de renforcer la croissance, les politiques fiscales entreprises depuis 2003, et encore plus depuis 2007, ont des conséquences catastrophiques pour les Français.

Démantèlement du système de protection sociale et des services publics, redistribution des revenus à rebours, effets macroéconomiques désastreux et véritable politique de purge budgétaire, les Français paient la facture des cadeaux fiscaux aux plus aisés.

Depuis 2003 et le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, les politiques budgétaires et fiscales menées par la droite ont provoqué une envolée des déficits et de la dette publique. Loin de stimuler la croissance et les rentrées fiscales, les mesures adoptées ont réduit les recettes, aboutissant à un creusement la dette de l’Etat alors que les collectivités locales ont pris en charge son désengagement croissant, sans déséquilibrer leurs comptes.

Une dette croissante depuis 2003

Depuis 2003, la dette publique ne cesse de s’accroître alors que le gouvernement de Lionel Jospin était parvenu à la faire reculer durablement en pourcentage du PIB. Elle s’envole à partir de 2007. Malgré une croissance supérieure à 2% par an entre 2004 et 2007, les gouvernements de droite ne sont pas parvenus à réduire l’endettement, au contraire.

La dette publique s’établit au quatrième trimestre 2009 à 1489 milliards d’euros, soit l’équivalent de 77,6% du PIB (10 points de plus en un an), alors qu’elle était sous la barre des 60% en 2002 (58,8%).

Le résultat de huit ans de gouvernement de droite : une augmentation de la dette de près de 65% !

Read Full Post »

La ville d’Orléans s’est réjouie, à raison, de l’implantation d’un Franprix à l’Argonne, et de la future implantation d’une supérette à La Source, dans le centre commercial de La Bolière. L’opposition municipale s’en réjouit également, bien évidemment.

Néanmoins, les élus « socialistes, verts et apparentés » tiennent à redire qu’ils ne partagent pas la vision de Serge Grouard de la politique d’action économique, en particulier pour ce qui est du commerce de proximité. Il serait plus juste, d’ailleurs, de parler de politique «d’inaction économique».

Nous l’avons dit, et redit : nous pensons qu’il faut plus de volontarisme public. Il faut que la ville soit un moteur très actif pour installer et maintenir le commerce dans tous nos quartiers, la puissance publique doit se saisir de ces questions et ne pas regarder les trains passer.

Il aura fallu la récente disparition d’une brasserie orléanaise plus que centenaire, remplacée par un n-ième magasin de téléphonie, pour qu’enfin la majorité UMP-MoDem-MPF propose la création de mesures de protection du commerce et de l’artisanat de proximité. Nous regrettons que malgré nos demandes répétées cela n’ait pas été fait plus tôt.

Néanmoins il reste beaucoup à faire. En particulier dans un quartier, qui est l’œuvre exclusive de l’actuelle majorité : le quartier de la ZAC Coligny, ex-îlot de la Râpe.

Car là, du point de vue commercial, Serge Grouard partait de peu, et n’est pas arrivé bien loin.

Dans un quartier neuf et repensé, on peut, si on le veut, se donner les moyens de mettre de la vie, d’organiser l’espace pour permettre les échanges, les rencontres, de diversifier les fonctions ou encore de créer une dynamique associative…

La droite orléanaise n’a pas voulu se donner ces moyens… Ce quartier semble abandonné…

Quels sont les commerces qui se sont implantés ?– Deux banques : elles vont très bien, comme toutes les banques, merci pour elles.
– Une boutique de machines à coudre, le seul survivant des commerces présents précédemment dans le quartier
– Une boutique de presse-tabac, qui n’est que le transfert de celle de la rue de la gare, à 150m de là.
– Une boulangerie-pâtisserie « traditionnelle » qui n’ouvre ni le samedi, ni le dimanche, faute de vie dans le quartier
– Un salon de coiffure
– Une sandwicherie franchisée par une grande multinationale, seule enseigne éclairée le soir, mais pour combien de temps ?
– Un bar à pâtes qui ne doit qu’aux employés de bureau d’être encore ouvert.

Et c’est tout.

Et il reste encore, depuis des mois, de nombreux locaux commerciaux vides.

Nous n’oublions pas deux commerces qui ont été parmi les premiers à ouvrir : la sandwicherie-boulangerie située sur le haut de la dalle, et la supérette « Mini-Casino ».

Pour eux, l’histoire est déjà finie :
– le tout premier commerce de ce quartier a été mis en liquidation judiciaire (jugement du 3 mars 2010);
– la supérette est définitivement fermée depuis plusieurs semaines.

Le Maire d’Orléans n’a pas créé un quartier, il a laissé faire les promoteurs et les aménageurs, sans aucune vision politique de ce qu’est un quartier vivant. Il s’agit d’une erreur historique.

Comme Joëlle Beauvallet et Pascal Martineau, conseillers d’opposition de l’époque, le disaient dans une conférence de presse en 2004 – il y a 6 ans ! -, la majorité n’a réuni aucune des conditions qui permettent à ce quartier d’être un vrai lieu de vie :
– pas d’espace public, (jardins)
– pas de service public,
– beaucoup moins de logements sociaux que ce qu’Olivier Carré, maire-adjoint à l’urbanisme, ne cesse d’annoncer,
– pas même les moyens pour les parents avec une poussette, les personnes en fauteuil, de circuler aisément (la ville n’a pas voulu faire de pan incliné et l’ascenseur installé à la place est perpétuellement en panne).

La Zac Coligny est devenue une juxtaposition de bureaux et d’immeubles-dortoirs.

Et l’oubli de ce quartier continue, puisque, cet été, alors que le tramway est arrêté, la station de tramway Coligny n’est pas desservi par le bus de substitution : les habitants doivent aller soit à Libération, soit à Antigna !

Les élus du groupe « Socialistes, Verts et apparentés » demandent à la majorité et au Maire d’Orléans
– de réagir vite pour améliorer ce quartier, sauver ses commerces et implanter des services publics
– de réfléchir pour l’implantation d’un jardin public (pourquoi pas sur l’îlot F qui sert de parking d’appoint, et qui a subi, il y a quelques semaines un effondrement du sous-sol ?)
– d’abandonner leur posture idéologique et dogmatique qui profite aux promoteurs
– et surtout, de ne pas renouveler ce genre d’erreurs dans les prochaines opérations urbaines.

Baptiste CHAPUIS

Communiqué du 1 Juillet 2010

Read Full Post »

u fait des travaux de la seconde ligne, le Tram ne circule plus en centre ville. Des bus sont mis à disposition des usagers au niveau de l’arrêt Tourelles-Dauphine. Ces bus contournent la ville par les boulevards pour atteindre la gare d’Orléans.

Les élus socialistes verts et apparentés viennent d’interpeller le Président de l’Agglomération afin d’instaurer une navette-minibus régulière au cœur du centre ville en remplacement des stations du Tram fermés. Nous proposons que cette navette gratuite permette, notamment durant les soldes, de relier la station Royale-Châtelet à la gare d’Orléans, en desservant les stations De Gaulle (ou à proximité) et République et ce durant la durée des travaux.

Ce service permettra notamment aux personnes âgées, ou à mobilité réduite de se déplacer en cœur de ville sans avoir recours à leur automobile.

Baptiste CHAPUIS

Communiqué du 2 juillet 2010

Read Full Post »

De nombreux orléanais ne partent pas en vacances. Pour se rafraichir certains vont à l’Ile Charlemagne, d’autres préfères les piscines municipales.

Pour s’y retrouver (tarifs/horaires) je vous invite à parcourir le document synthétique ci-joint.

Retrouvez tous les horaires et tarifs des piscines d’Orléans pour cet été

Orléans reste néanmoins une ville sous dotée en équipement nautique, la municipalité en a conscience et renvoie sur son site web aux piscines situées dans l’agglomération.

Je vous invite à découvrir ces installations à St Jean de la Ruelle, Chécy, Saran, St Jean de Braye, La Chapelle St Mesmin

Bonne Baignade !

Sur le même sujet:

Les horaires et tarifs en 2009

Read Full Post »

« Newer Posts